GN, ah ?

Aujourd’hui, on attaque un morceau un peu consistant. Le Jeu de Rôle Grandeur Nature (GN) ou LARP, de l’anglais Live Action Role Playing Game, soit jeu de rôle en directJ’aime bien cette appellation, car le terme “Grandeur nature” n’est pas très précis. Mais ce n’est pas le sujet. Avant d’aller plus loin, je vous conseille de lire l’article sur les JDR en général sinon vous risquez d’être un peu perdu.

Donc GN, pour définir simplement, c’est du JDR en vrai. Wow, quand on a dit ça, on a tout dit. Trêve de plaisanterie. Le GN c’est jeu de rôle en site réel, sans fiches et sans dés. En gros, on interprète son personnage à la manière d’un acteur dans un environnement privé simulant l’univers dans lequel notre personnage  évolue. Un ami à moi décrit cela comme du “Théâtre d’Improvisation Interactif de Masse”. Bien entendu, la plupart du temps un système de règles vient compenser ce que l’on ne peut pas représenter en vrai, mais l’idée est de garder ça le plus discret possible. C’est une façon de jouer très immersive ou l’interprétation prime sur les autres facettes du jeu.

Tout cela ne semble peut être pas très clair, aussi je vais essayer d’expliciter un peu par l’exemple. Un GN auquel j’ai participé avait lieu dans un univers de science fiction crée par les organisateurs du jeu autour d’inspirations diverses. Nous avons tous reçus divers documents nous expliquant le monde dans lequel se déroulait le jeu, du plus général au plus précis. Concrètement, nous avions un point sur le monde en, puis sur le quartier ou le jeu aurai lieu et enfin sur notre personnage (cette partie étant bien entendue à la connaissance exclusive de chaque joueur). Ensuite, lors du week-end ou le jeu à eu lieu, nous nous sommes rendus sur le site (un centre d’animation) décoré pour l’occasion. Ensuite, nous avons vécu pendant 3 jours comme l’auraient fait nos personnages. Le jeu était rythmé par les interactions entre personnages et par des événements mis en place par les organisateurs. Le tout formant une intrigue générale écrite par les organisateurs composée de multitudes de sous intrigues, que tous les joueurs font progresser. Bien entendu tout cela a un début et une fin bien marqués.

Ce type de jeu demande une organisation autrement différente que celle des JDR traditionnels. Au lieu de quelques amis à réunir autour d’une table, il est ici question de réunir d’une dizaine à plusieurs centaines de personnes dans un lieu adapté et décoré, de nourrir ces gens et de leur proposer à tous une expérience de jeu à la fois unique et collaborative. Pour cela, les GN sont souvent organisés par des associations et demandent une PAF (Participation Aux Frais) allant de 15€ à 150, voire plus. Dans ce prix, on retrouve la location du site, de matériel et les frais de bouche, certains proposent de véritables festins !

On peut rapprocher le GN de deux choses distinctes. D’abord, et naturellement, du Théâtre d’Improvisation. En effet, la non plus, pas de texte, pas de préparation mais on y trouve aussi la notion de personnage et d’interprétation. De plus il faut savoir s’adapter à toute situation rapidement. Bien entendu on y retrouve les fondements de l’impro, l’écoute et l’acceptation, qui, sous couvert du roleplay  sont bel et bien présents si l’on veut qu’une partie se déroule au mieux. Mais, dans le GN, il y a des personnages et un univers bâti à l’avance et dans lequel on s’insère plutôt que de le créer en temps réel.

Ensuite, il faut le rapprocher des ARG (Alternate Reality Game ou jeu de réalité alternée), c’est à dire un jeu dans lequel on transforme la réalité de façon interactive. L’exemple le plus simple, est la chasse au trésor ou course d’orientation, le tout légèrement scénarisé. Le lien est assez simple car dans un GN, tout les joueurs convergent vers un objectif en récoltant des indices de droite et de gauche. Le GN est aussi l’occasion de se rapprocher des reconstitutions historiques, mais sans public et sans forcément recréer quelque chose de réel. Cependant, on peut tout à fait reconstituer tout un village médiéval très réaliste et documenté. Simplement, les personnages et les faits ne sont pas historiques.

Enfin, le GN demande un peu de préparation du coté du joueur. Comme vous l’avez compris, un costume est nécessaire, et ce sont des frais à rajouter à la PAF indiquée plus tôt. Mais c’est aussi l’occasion de voir de superbes travaux manuels. Bien entendu, on ne se bat pas à l’arme réelle, aussi il faut pouvoir s’équiper d”armes de GN”, c’est à dire des armes en latex ou en mousse à l’aspect réaliste mais tout à fait inoffensives, leur coût peut être assez élevé mais le GN est aussi le royaume de la débrouille et l’on trouve assez facilement des gens pour prêter, louer ou revendre du matériel. Il faut compter de même les techniques de simulation d’armes à feu. Pour cela plusieurs écoles, les principales étant l’Airsoft (répliques d’armes à billes) et la gamme de lanceurs de fléchettes Nerf. Surtout concernant l’Airsoft, leur utilisation impliquent de respecter ds règles d’utilisations strictes et un cadre légal clair.

Bien, cet article commence à se faire long, je continuerai de parler de GN dans les semaines à venir, alors restez dans le coin ! En attendant, n’hésitez pas à commenter et partager cet article !

Guillaume Coeymans

 

A voir :

Compte rendu d’une conférence que j’ai animée sur le GN et les débutants 

Retour d’un débutant aux GNiales Aquitaines 2014

Sources : 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Airsoft

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu_en_r%C3%A9alit%C3%A9_altern%C3%A9e

http://www.fedegn.org/le-gn/qu-est-ce-que-le-gn

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu_de_r%C3%B4le_grandeur_nature

Le guide du débutant en GN

http://www.faismoijouer.com/category/cest-quoi-un-arg/

“Hatred” Carton Rouge !

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui, je m’énerve.

Je suis un défenseur du Jeu Vidéo, je me hérisse chaque fois que j’entends des bêtises sur le jeu vidéo qui rend violent “parce qu’on peut tuer des gens sans raison”. Ceux qui disent ça ont acheté GTA V et Call Of Duty à leur môme de 10 ans (lisez les boites le “18+” c’est pour l’âge hein…). En général, ces jeux sont effectivement matures et violents. Ils évoquent des univers parfois brutaux (la pègre dans GTA, la guerre dans Call Of Duty), et traitent la violence avec une certaine intelligence. Dans GTA, l’objectif du jeu n’est pas de tuer des innocents dans la rue, si vous le faites, c’est uniquement votre choix de joueur. Call Of Duty ne nous fait pas tuer des gens “innocents”, les ennemis que l’on affrontent sont clairement identifiés comme des menaces envers notre avatar (au delà du débat sur l’appartenance ethnique ou religieuse représentée). Ne me parlez pas de la mission “No Russian” (en anglais) de Call Of Duty Modern Warfare 2, le débat est plus complexe qu’il n’y paraît, et c’est avant tout un coup de com’.

Non, si je suis en colère aujourd’hui, c’est à cause de Hatred (édité et développé par Destructive Creations ) , un jeu de shoot isométrique (en vue du dessus, sur le coté) qui vous met dans la peau d’un personnage asocial et haineux, dans un univers contemporain, sombre et sinistre. Passe encore, des univers sombres et brutaux, il y en a beaucoup de très bien (LIMBO ou Deadlight). Le problème ici, c’est que le but du jeu est bel est bien de tuer des innocents pour le plaisir ! Et pour atteindre le meilleur score. La différence est de taille ! Être un tueur psychotique avide du sang des innocents est ici l’objectif du jeu, et nous n’avons pas le choix. Pour jouer, il faut tuer des innocents, simplement parce qu’ils sont là.

La chance que nous avions, c’est que le jeu est passé par le “Steam Greenlight”. Pour faire simple, Steam est la principale plate-forme de diffusion de jeux vidéos PC dématérialisés. Greenlight est un de ses services permettant à des développeurs de proposer un concept, une ébauche de jeu et la communauté peut voter pour ses projets préférés. Les heureux élus sont ensuite publiés sur Steam. Greenlight à permis à Hatred de se faire connaître et grâce à une communauté active, d’arriver en tête des jeux attendus par le public. Personnellement, à chaque vote supplémentaire pour ce jeu, je perdais un peu de foi en mes amis gamers… Mais heureusement, Steam veille au grain et le jeu à finalement été retiré quelques heures après sa mise en vente.

Petit soupir de soulagement, oui, ça ressemble à de la censure mais le principe de ce jeu est réellement écœurant et ne mérite pas d’être diffusé sur une plate forme telle que Steam. Si Destructive Creations veut diffuser son jeu, qu’ils le fassent eux mêmes, c’est tout à fait possible (l’exemple de Minecraft le montre bien). Mais, Gabe Newell le créateur de Steam (entre autres) a imposé le retour du jeu car celui-ci a un “public”. Alors certes, des gens achèteront, mais lorsque l’on distribue à une telle échelle auprès d’un public aussi vaste, il faut savoir prendre ses responsabilités et éloigner les articles tendancieux.

Imaginez un instant que Warner Bros ou Disney publie un film comme Hostel ou A serbian Film , ceux ci prendraient probablement une volée de bois vert. Mais pour diffuser ces films de niche, il existe d’autres réseaux de distribution ou des studios satellites. Ici, le souci est le même, Hatred n’a pas sa place sur Steam. Pour moi, ce genre de jeux n’ont même pas leur place dans l’univers vidéoludique ni nulle part ailleurs. Alors vous me parlerez probablement de Postal (pour le quel je vous conseille l’excellente critique que fait Karim Debbache du film adapté et fait le lien avec le jeu, avec humour comme toujours) ou Manhunt. Oui ces jeux existent, sont peut être moins directs que ce que propose Hatred mais je suis aussi scandalisé par ce que ces jeux proposent.

Pour conclure, Hatred est l’archétype du jeu qui fait mal au jeu vidéo. C’est l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire, de ce contre quoi je me bats.J’essaye jour après jour de changer l’image du jeu vidéo auprès du grand public de montrer qu’il y a des jeux complexes, profonds, magnifiques et prenants. Puis des jeux comme Hatred arrivent, et balayent d’un revers méprisant toute la noblesse de cet art naissant. J’ajouterai qu’en plus, les gens de chez Destructive Creations flirtent avec des idéologies qui donnent une odeur encore plus nauséabonde à leur projet. Bref, Hatred ne vaut pas toute l’attention que je lui porte, mais il faut que j’en parle car il faut que cela ce sache et que l’information se diffuse. “Hatred” est un mauvais jeu fait pour de mauvaises raisons …

Ce billet d’humeur s’achève sur le trailer de Hatred afin que vous vous fassiez votre opinion. Attention, comme vous l’avez compris, c’est une vidéo réservée à un public averti. N’hésitez pas à me faire part de votre avis dans les commentaires.

Guillaume Coeymans

Sources :

http://www.20minutes.fr/culture/1502523-20141216-hatred-jeu-video-o-incarne-tueur-masse-retire-vente-steam

http://www.jeuxvideo.com/news/411797/hatred-revient-sur-greenlight-steam.htm

http://www.jeuxvideo.com/news/411608/valve-retire-hatred-de-steam.htm

http://www.jeuxvideo.com/news/2014/00075273-hatred-l-ultra-violence-qui-fait-debat.htm

http://www.nextinpact.com/news/91450-hatred-est-retour-sur-steam-greenlight.htm

Imaginaire Ludique, de quoi on parle ?

C’est vrai, après tout, depuis le début de ce blog, et de par son titre, je parle d’Imaginaire ludique, mais qu’est-ce que c’est ? Dur dur d’y répondre. Pour ceux qui sont familiers du concept, c’est tout naturel, en revanche, quand on commence à vouloir expliciter de quoi on parle, c’est un peu plus compliqué. Je vais brièvement donner ici, ma définition. Il y a peu de documentation sur le sujet, aussi c’est essentiellement une définition empirique et déductive que je vais présenter. Au fur et à mesure de l’évolution de mon travail, tout ça va se décanter, se préciser, s’affiner et se “sourcer”.

Ce qui tombe sous le sens

Quand je demande autour de moi ce qu’on entend par imaginaire ludique, auprès des pratiquants on obtient des réponses assez claires. Tout ce qui est Jeu de rôle papier, (JDR) fait l’unanimité, il est impossible d’organiser un événement en lien avec l’imaginaire ludique sans qu’il y ait du JDR. C’est vrai pour ses formes les plus canoniques tout comme les formes plus pointues. On y trouve aussi tout ce qui est de l’ordre du Jeu de Rôle Grandeur Nature (que j’expliquerai dans un article futur). On y retrouve aussi tout ce qui est de l’ordre du Jeu de Plateau de spécialiste.
Dans le même ordre d’idée, on y trouve la littérature dite “de genre”. C’est à dire les genres sous-représentés (à relativiser, comme je vais l’expliquer plus loin), science fiction, Heroic Fantasy (et non fantastique! ), ou horreur. Ces genres ont souvent étés associés à de la “sous littérature” à cause de leur public de niche et leur faible diffusion.
Ensuite viennent tout ce qui est culture asiatique, principalement Japonaise et Coréenne, avec notamment les mangas, J-pop, K-pop et autre cosplay.

Ce qui fait débat

Ou du moins qui ne  fait pas l’unanimité. Là se posent deux éléments principaux ; le Jeu Vidéo et le cinéma de genre. Le jeu vidéo d’abord, en tant que média quasiment assimilé à un média de masse, il ne possède plus cette aura un peu mystérieuse qu’on retrouve dans le JDR par exemple. Sa large diffusion auprès du grand public rend plus compliqué sa nature de “niche”. Mais en creusant un peu, on voit que le jeu vidéo se comporte un peu comme la littérature.  On y trouve les jeux “grands publics” qui fédèrent les foules, mais aussi des jeux nettement moins diffusés voire indépendants. C’est dans ces jeux qu’on va retrouver les mêmes dynamiques que dans les sous cultures “geeks” (je déteste cette nomination, mais j’y reviendrai) . Ces jeux ont la même dimension “imaginative” et “ludique” que n’ont pas les jeux dits “triple A”.
Dans le cinéma, on va trouver une dynamique différente. Le cinéma de genre à fait sa mutation grand public depuis quelques années déjà (en témoignent les succès d’Interstellar, Lucy ou le Seigneur des Anneaux) et ces genres sont acceptés. Mais, les cinéastes sont de sacrés filous, et la plupart des films “de genre” possèdent un double niveau de lecture. Un bon exemple de cela est, à mon avis Gladiator de Ridley Scott, que l’ont peu soit prendre pour un film “de guerre, de gladiateurs, de sang, sueur et larmes” ou comme un film plus emotionnel, de descente aux enfers, quête de liberté et de lutte contre l’oppresseur. Regardez la plupart des films de SF et de Fantasy de ces 10 dernières années, reflechissez un peu et vous verrez de quoi je parle !

Voilà donc un petit tour d’horizon de ce que j’entends par Imaginaire Ludique, c’est forcément un résumé succint, mais au fil des articles, je définirai de plus en plus précisément et vous donnerai une vision précise par l’exemple.

Guillaume Coeymans

JDR De quoi ?

Qu’est-ce que c’est quoi dis donc un JDR ?

Aujourd’hui, on parle de jeu de rôle, et on va essayer de débroussailler le terrain. De quoi parle-t-on quand on parle de JDR ? Alors il faut clarifier de suite. Un jeu de rôle au sens large c’est simplement une activité au cours duquel une personne incarne un rôle avec une ou des autre(s) qui en incarne(nt) aussi un dans un environnement fictif. Cela peut avoir plusieurs buts ; thérapeutique, ludique ou pédagogique. Mais bien sûr, le sujet ici c’est ce que l’on appelle le « Jeu de rôle sur table ou Papier » (de l’anglais Tabletop Role Playing Game) qui est une forme de jeu de société un peu particulière. Comme nous l’avons vu dans l’article sur les jeux de plateau c’est un type de jeu coopératif asymétrique.

Pour être clair, le jeu se découpe en deux camps ; le Meneur de Jeu (MJ) et les Joueurs ou Personnages Joueurs (PJ). Le MJ à pour rôle d’animer la partie en décrivant situations et actions et les PJs eux, agissent en fonction de ce que le MJ à préparé à l’avance. Le MJ incarne aussi les Personnages Non-Joueurs (PNJ, ou les différents intervenants que les PJs peuvent rencontrer) ou monstres. Il s’assure aussi du respect des règles du jeu (j’y reviendrai dans un autre article =) ), de la cohésion du groupe et du bon déroulé de la partie.  Les joueurs eux, incarnent un personnage précédemment crée selon les règles du jeu et décrivent la façon d’agir du personnage dans les situations décrites par le MJ. Cela peut sembler un peu cloisonné mais en vrai il s’agit d’une réelle interaction entre les deux parties et cela permet de créer un scénario unique. Dans ce type de jeu de rôle, il n’est pas nécessaire d’incarner physiquement son personnage (pas de costume ni de simulation physique, cela passe essentiellement par le parler). C’est ce que l’on appellera le Role Play (RP) ou interprétation qui prime. Personnellement, je préfère le terme de « projection », mais nous en parlerons plus tard.

Une séance de JDR s’appuie aussi sur un univers de jeu et des règles décrites en amont (en général à travers des livres dédiés). Ces règles viennent compenser l’impossibilité physique de faire certaines choses et régler des situations ou la réussite ou l’échec ne sont pas certaines. En général elles sont faites à base de lancer de dés ou une autre forme d’aléatoire. Par exemple, il n’est pas possible lors d’une partie de créer un orbe magique, mais les règles permettent de décider si l’action est réussie, et c’est au PJ et au MJ de décrire ce qu’il se passe en fonction du résultat.

Entrons  dans les détails

Comme pour le jeu de plateau en général, on peut distinguer plusieurs catégories non-exclusives. Elles sont à mon avis un peu moins nombreuses, je vais essayer d’en faire le tour :

  • Jeu Simulationniste: C’est un type de jeu ou l’on a une profusion de règles très précises et qui permettent virtuellement de régler toutes les situations avec le plus de précision possible. On y retrouve beaucoup de JDR axés sur le combat et plutôt médiévaux-fantastiques. Par exemple : Donjons & Dragons (Wizards of The Coast), Shadowrun (Black Book Editions), Warhammer (Edge Entertaiment).
  • Jeu d’ambiance : Ici, l’ambiance et le RP prime sur les règles et l’interaction compte plus  que la précision des règles. On préfère adapter les règles aux situations que l’inverse. Quitte à ce que cela ressemble à de l’arrangement avec les règles. On retrouve dans cette catégorie l’Appel de Cthullhu (Sans-Détour), Cyberpunk (non-édité) ou Yggdrassil (7eme Cercle).
  • Jeu prêt-à-jouer :  La ou les autres types de jeu vont demander un gros livre voire toute une gamme pour être joués de façon optimale, les Prêts à jouer font le pari inverse. Livres très courts, dans un format quasi-pocket. De plus le système de jeu qu’ils proposent est assez simplifié et permet de jouer très rapidement avec un minimum de matériel. En général ils sont très caractérisés dans une ambiance particulière. Je pense notamment à Dés de Sang (Pulp Fever), Asgard (les 12 singes) ou encore Fiasco (Edge Entertaiment)
  • Proto Jeu de rôle : Un nom un peu barbare pour une type de jeu de société qui à de forts liens avec le JDR sans en être directement. Ces jeux ont en général une certaine part d’interprétation dans leur système mais pas aussi poussée qu’en JDR. De plus, il se détache des règles classiques, et se rapproche parfois même d’un Grandeur Nature. Mais cela fera l’objet d’un futur article. Je pense surtout au leader, j’ai nommé le Loup Garou de Thiercellieux(Asmodée), Parsely game (La boite à Heuh), et enfin mon coup de cœur de 2013, Sporz (Editions La Donzelle)

 

Voilà pour un tour d’horizon de ce qui se fait dans l’univers du JDR. Bien entendu, ce n’est pas exhaustif et j’ai laissé certaines parties dans l’ombre. Je compléterai le sujet au fil du temps. Notamment à venir, un article sur le jeu de rôle Grandeur Nature.

 

Guillaume Coeymans

 

Sources :

http://www.ajdr.org/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu_de_r%C3%B4le

 

http://www.legrog.org/

Jeu de société ou jeu de plateau?

Jeu de plateau ou jeu de société ?

Quelle est la différence ?

Quand je parle de jeu de plateau ou de société, il est nécessaire, je pense, de bien définir de quoi l’on parle.  Si je vous dis jeu de société, vous voyez tous de quoi je parle. Si je vous demande des exemples, vous citerez sûrement « Monopoly » ou « Scrabble » voire avec un peu de chance « Jungle Speed ». En fait, s’agit là de « Grands classiques » c’est-à-dire des jeux de plateaux devenus suffisamment populaires pour être vendus en grandes surface généralistes. C’est là la principale différence avec les jeux de plateaux au sens large. En fait le jeu de société est un cas particulier du jeu de plateau.

Alors pourquoi jeu de plateau ?

C’est une traduction de l’anglais « board game ». Ce terme désigne donc tous les jeux que l’on joue sur un “plateau” ; une table, le sol, etc. … Il en existe toute une pléthore, certains extrêmement simples et d’autres bien plus complexes. On y trouve pêle-mêle des jeux de cartes, de dés, de simulation, etc. … Je ferais plus tard sur ce blog, une typologie plus complète de différentes catégories. Ici je vais essayer de présenter les plus grandes lignes.

Les grandes familles :

Globalement on retiendra 7 catégories :

  • Jeux familiaux
  • Jeux d’ambiance
  • Jeux de cartes
  • Jeux de hasard
  • Jeux de stratégie
  • Jeux combinatoires
  • Jeux coopératifs

Elles ne sont pas exclusives, on peut très bien avoir un jeu d’ambiance et de hasard coopératif. Je vais revenir rapidement dessus :

  • Jeux familiaux: C’est une gamme de jeux assez large dans laquelle on va trouver des jeux aux règles simples et accessibles. En gros, celles-ci tiennent sur l’arrière de la boite de jeu. Elles sont calibrées pour être jouables par le plus grand nombre. C’est l’archétype du jeu dit « de 7 à 77 ans ». On y trouve dans cette catégorie, « Timeline » (Asmodée), Mito (Gigamic) ou encore Splendor (Space Cowboys).
  • Jeux d’ambiance : Ce sont des jeux pouvant être assez proches du « jeu de rôles », leurs règles sont très simples, si ce n’est simplistes et permettent rapidement à un grand nombre de joueur de jouer très vite et de passer un bon moment ensemble quel que soit le but final du jeu. En exemple, on peut citer Le Loup Garou de Thiercellieux (Asmodée), Concept (Repos Production) ou encore Vérone (Ferti Games)
  • Jeux de cartes: Assez logiquement, ce sont des jeux que l’on joue avec des cartes. En général il y en a un grand nombre (nous parlerons plus tard des différents types de cartes, deck building, défausse, etc. …), il n’y a pas spécialement d’autre accessoires que les cartes elles même. Je pense surtout à Barbarossa (Play & Win et Sans Détour), Dominion (Filosofia) et au 6 qui prend (Gigamic)
  • Jeux de hasard : Assez transparents, il s’agit de jeux dont la principale mécanique repose sur le hasard. Que ça soit aux dés ou avec un autre système de jeu. Ce type est particulièrement adapté pour jouer en famille ou avec des gens qui ne connaissent pas le jeu car un joueur expérimenté n’a pas d’avantages particuliers sur un autre. On peut citer notamment Zombie Dice (Edge Entertaiment), Chevaliers de la Table Ronde (Days of Wonder) ou Minivilles (Moonster games)
  • Jeux de stratégie : Ici, pour remporter la partie, il est nécessaire de maîtriser les règles, souvent complexes, pour pouvoir établir la meilleure façon de gagner. Ces jeux sont en générale accessibles qu’à partir d’un certain âge, car leur pratique nécessite une certaine patience et une projection dans le temps. Dans cette catégorie on retrouve Horreur à Arkham (Edge Entertaiment), 7 Wonders (Days of Wonder) ou Space Hulk (Games Workshop)
  • Jeux combinatoires : Parfois appelés « Jeux combinatoires abstraits », ce sont des jeux dont le but est de créer des combinaisons particulières d’éléments sur le plateau. On les dit « abstraits » car ils ne sont pas figuratifs (pas de royaume à sauver ou autre prétexte), il s’agit de pions à déplacer en général. Pour exemple on peut citer Siam (ferti games), Offboard (Asmodée) et Voldétour (Arborel).
  • Jeux coopératifs : Ce type de jeux à une particularité. Le jeu ne se joue pas contre d’autres joueurs mais contre le jeu lui-même (on est assez proches du jeu de rôles aussi). On trouve aussi les jeux semi-coopératifs (ou asymétriques) ou un joueur à un rôles particulier contre les autres. On peut penser à Saboteur (semi-coopéatif de chez Gigamic), Zombies !!!! (Coopératif de chez Edge Entertaiment) et Novembre Rouge (Fantasy Flight Games, jeu coopératif)

Quelques précisions  :

A toutes ces catégories décrites au-dessus, on doit ajouter certains qualificatifs. Il faut préciser si le jeu est Grand Public (accessible à tous facilement), Confirmé (il faut avoir une certaine pratique de ce jeu et des jeux en général pour saisir le fonctionnement, un ou plusieurs tours « à blanc » sont souvent nécessaires) et enfin les jeux Experts (il est nécessaire d’être familier avec l’univers des jeux de plateaux, les livrets de règles peuvent être très complexes et l’apprentissage du jeu peu prendre plus d’une heure, il faut plusieurs parties complètes pour bien saisir les subtilités du jeu).

 

Voilà un petit tour d’horizon de l’univers du jeu de plateau. Au fil du temps j’écrirai des articles pour éclairer certaines parties que je n’ai pas pu développer ici et vous apporterai plus de précisions.

Guillaume Coeymans

 

 

Source :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu_de_soci%C3%A9t%C3%A9

 

http://www.trictrac.net/