Crash Reading : Sombre

Premier article de ce nouveau format que sont les “crash readings”, à la manière de “crash tests”. Il s’agit de compte-rendus de lecture d’ouvrages ludiques avant d’avoir pu faire jouer ledit jeu, dont la critique arrivera peut être plus tard. Pour commencer, on s’attaque à Sombre de Johan Scipion, Grog d’or 2016, je l’avais déjà évoqué ICI 🙂 Enjoy ! 

Présentation :

Avant de développer mon point de vue, je vais retranscrire ici la présentation officielle du jeu et du monsieur qui est derrière car je la trouve très bien fichue :

Johan Scipion partage son temps d’écriture entre Sombre, un jeu de rôle pour se faire peur comme au cinéma, et Les Terres Etranges, un recueil de nouvelles à lire la nuit.

+ Sa bibliographie est sur nooSFere.

+ Sa ludographie sur le GROG.

+ Et on peut suivre son actualité sur son site : terresetranges.net

Description de Sombre :

Sombre est un jeu de rôle pour se faire peur comme au cinéma. Chaque partie est un film d’horreur imaginaire, dans lequel les joueurs incarnent les victimes. Ses règles sont simples vraiment simples.

Sombre est publié par Terres Etranges sous la forme d’une revue papier, dont plusieurs numéros sont déjà parus. On y trouve des scénarios, des aides de jeu, des articles de conseil et bien sûr, les règles.

Ces dernières sont gratuitement téléchargeables sur le site officiel du jeu : terresetranges.net

Sombre a été élu Grog d’Or en 2016.

Voilà qui présente bien l’idée de ce qui compose ce JDR assez atypique. Il se présente sous forme de revues au format (A5) auto-éditées, en noir et blanc avec une couverture plus épaisse. Les couvertures, que je trouve toujours assez belles bien que forcément glores (glauques + gores), donnent bien le ton.

Le contenu est composé de règles de jeu, scénarios mais aussi (j’ai envie de dire “et surtout” mais on en reparle plus loin 😉 ) d’articles de fond, et de retours d’expérience.

Et ça donne quoi ?

Dans un premier temps, moi qui suis habitué aux beaux matériels et aux livres à couverture solide en quadrichromie, ça surprend d’avoir ce livre entre les mains. Austère, sombre (ha ha), sans illustrations à l’intérieur, l’ouvrage peut rebuter au premier abord.

Pourtant c’est assez raccord avec l’approche “roots” du jeu et de l’univers. Comme c’est une auto-édition, Johan Scipion n’a aucune concession à faire et dispose d’une liberté de ton et éditoriale totale, ce qui rend ce projet vraiment intéressant.

Au niveau ludique le système de jeu est simple et intuitif, la prise en main rapide et efficace. Au fil des numéros, il présente aussi une version “zero” destinée à être jouée beaucoup plus vite pour des parties éclairs, diablement bien pensée, à voir à l’usage.

L’autre aspect très intéressant est la présence importante d’articles qui vont de réflexions sur la peur à des retours d’expérience en passant par des additions au système. Ces articles sont un plaisir à lire tant par leur style que par ce qu’ils apportent à tout rôliste qui les lirait.

Conclusion :

C’est une gamme atypique et mise à jour régulièrement qui mérite très largement le détour pour tout rôliste. Je le conseille à tous les joueurs qui passeraient devant. En plus, le tarif des ouvrages est TRÈS intéressant, vous pouvez acheter TOUTE la gamme pour à peine plus qu’un bouquin “traditionnel”. Au niveau distribution, la vente se fait sur le site de l’auteur et dans certaines boutiques (vu à Descartes Bordeaux 😉 )

En revanche je n’arrive pas à me défaire d’une impression de similarité entre ce jeu et Dés de Sang (Willy Dupont chez feu les éditions Game-Fu) tant sur les mécanismes que l’univers présenté dans le premier tome. Ce qui fait que Sombre n’a pas eu sur moi l’effet “choc” que j’ai pu lire sur certaines autres critiques.

Enfin les contenus supplémentaires que sont les articles rendent la possession de Sombre encore plus indispensable !

N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé dans les commentaires 🙂

Je vous dis à très bientôt pour un compte rendu de partie !

Guillaume COEYMANS

2 pensées sur “Crash Reading : Sombre”

  1. Depuis un an que je connais ce jeu, il m’est devenu indispensable. Toutes ces mécaniques fonctionnent, notamment le quickshot (cette baffe) pour improviser un film d’horreur avec zéro préparation. Je dis bien zéro.
    Un pur jeu d’auteur, exigeant et pas adapté à toutes les pratiques car il faut accrocher aux concepts fondateurs et apprécier l’horreur cinématographique. Pour moi, un de mes jeux préférés.

    1. Merci pour ton avis ! Il me tarde de l’essayer aussi 🙂
      Par contre je pense que c’est adapté à beaucoup de monde, tout le monde connait les films d’horreur et les histoires qui font peur donc à mon avis ça roule pour tout le monde. Juste mettre quelques TW et faire attention à l’âge des joueurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *