Faut Qu’on Conv’ #4 – Les XIX° Rencontres Ludiques du Dragon Libournais

Dragon Libournais

Bienvenue dans “Faut qu’on conv’ “, les articles sur nos expériences en conventions ludiques ! Vous trouverez ici nos impressions sur les événements de nos confrères joueurs. Bien sûr, cela sera tout à fait subjectif, donc n’hésitez pas à donner vos propres impressions en commentaires 😉

Disclaimer : les rencontres du dragon (RLDL pour les intimes) est portée par l’asso du Dragon Libournais dans ma ville d’origine, ainsi que celle d’une partie de l’équipe. De plus depuis quelques années Étienne que vous lisez régulièrement sur Homo Ludis fait partie de l’asso et porte les rencontres (ou du moins le pôle JDR) sur ses épaules. Du coup c’est moi qui m’y colle pour plus d’objectivité 😉 Même si c’est une conv’ qui est chère à mon petit cœur de rôliste.

Les dragons : une institution !

Près de vingt ans que le Dragon Libournais anime la vie ludique de Libourne, ville moyenne dans les environs de Bordeaux. Les membres de l’association se retrouvent toutes les semaines pour faire vivre l’imaginaire ludique en libournais.

Affiche Dragon Libournais
Dix Neuvièmes rencontres du dragon libournais

Au programme : Jeu de Rôle bien sûr, mais aussi jeu de société, figurines, murders et GN et un important pôle Magic. Et depuis 19 ans donc, les Rencontres Ludiques sont l’occasion de fêter ensemble les loisirs ludiques tous ensemble, avec des tournois de Magic, des murders, du J2S, JDR et même des escape room (pas toutes les années cependant).

Autant vous dire que les RLDL sont bien installées dans le paysage de l’imaginaire ludique. Mais cependant, je pense que les RLDL souffraient de deux problèmes : un défaut de communication, qui faisait que l’affluence, notamment aux tables de JDR pouvait être faible, et aussi leur situation (relativement) excentrée de la métropole bordelaise. Je dis “relativement” car c’est à peine 30km et 25′ de train, pourtant les rolistes de la Belle Endormie ont une tendance à être casaniers…

Mais cette année, c’était parti pour changer ! La communication ayant été nettement plus solide (en direct, car les dragons se sont beaucoup déplacés, et en ligne). Se déroulant du 6 au 8 avril, avec une soirée le vendredi et une nocturne entre le samedi et le dimanche, me voilà parti (en bon flemmard, je m’étais pré-inscrit en joueur le samedi et MJ le dimanche) en direction de Libourne !

Samedi : Xénos, princesses & corridors :

Arrivée donc le samedi matin, de bonne heure avec de la motivation plein la tête et de la fatigue plein les jambes (longue histoire courte, comme disent les anglais, je venais de déménager x) ) me voilà dans la salle des Charruauds à Libourne pour démarrer ces RLDL !

Première chose qui me surprend, avant même d’entrer dans la salle : les voitures ! Le parking est bien garni, une première ! Gage d’une certaine affluence, voilà qui est bon signe ! J’entre, passé les formulalité d’usage et les salutations ad hoc aux camarades présents je me dirige vers la table où je m’étais pré-inscrit : Deathwatch.

Particularité saine, ici les tables sont annoncées en fonction, bien entendu du jeu, pitch, MJ et nombre de places mais aussi en fonction de la durée prévue pour la partie. Étant en petite forme, j’avais donc choisi une partie courte, sur un jeu que je ne connaissais pas (même si je connaissais le système et je connais bien, voire trop bien, l’univers).

Xenos hunters
Vous le sentez le jeu fin et délicat ? 😉

Je trouve cette initiative vraiment super intéressante ! Comme ça, les MJ peuvent jouer plusieurs fois, et les PJ peuvent moduler leur journée. De même, je ne cache pas ma préférence pour les partie “courtes”, ici 4/6h max.

De suite, je note ce qui va être un des soucis de ces RLDL : le bruit. Les tables ne sont pas vraiment isolées les unes des autres (si ce n’est par une pauvre grille). Mais bon, on le sait, en convention on est pas là pour la partie aux chandelles ultra-immersive, le plaisir est ailleurs !

Me voilà donc parti pour environ 5h dans la peau d’un Frère de la Deathwatch parti démolir du xéno. Comme je l’ai dit, je connais bien l’univers, mais pas les joueurs de la table. Aussi le MJ a passé beaucoup de temps à expliciter le background de Warhammer 40k, forcément lacunaire mais cependant suffisant. Personnellement, et je le dis à mon titre uniquement personnel dû à mon expérience propre (ça fait assez de précautions ? x) ) j’ai trouvé ça lent, fastidieux et qui a pu briser le rythme de scénario, au demeurant très sympa. D’autant que certes, le BG de l’univers était bien présent, mais les personnages n’en avait quasiment aucun ! C’est un peu dommage, j’aurai voulu m’attacher un peu à mon personnage …

Je vais quand même rappeler le BG de façon ultra succinte pour la suite de votre lecture (et croyez moi, c’est frustrant, car je pourrais tenir des heures à vous raconter l’univers de Warhammer 40k ^^). En (très) gros, les PJ sont des sur-humains génétiquement modifiés pour êtres de supers soldats, dans un unviers de space opera sombre, noir, dépressif violent et brutal. L’humanité y est notamment menacée par les Xénos (aka : les extra-terrestres) et la Deathwatch est une “task force” regroupant les meilleurs soldats génétiquement modifiés pour traquer et tuer les aliens.

Cependant je n’avais jamais joué à Deathwatch, mais j’avais déjà un peu touché au système Warhammer (grosso modo commun à Warhammer JDR et à tous les jeux 40k de chez Edge ) donc j’étais en terre familière. Dans ce jeu, l’un des défis est d’à la fois incarner des êtres supérieurement puissants mais d’affronter des dangers à notre hauteur sans nous faire sentir fragiles.

Force est de constater que le MJ a parfaitement relevé ce défi ! Nos Space Marines respiraient la puissance écrasante, notamment envers les humains randoms, pour autant chaque combat nous coûtait cher et nous laissait abimés. Mais nous ne nous sentions pas devant un défi insurmontable (sauf, visiblement, pour ce qui est de lancer des grenades où nous nous sommes révélés complètement inefficaces x) )

Donc ce fut une partie vraiment agréable, avec une équipe de PJ investie et un MJ dynamique. Sur le scénario, je ne développerais pas trop car je n’aime pas m’étendre dessus, je vous laisse plutôt l’occasion de découvrir, il était plutôt classique mais efficace, peut être un peu linéaire, mais pour moi ce n’est pas un défaut !

Playing
Photo par Les Ailes De Némésis

La partie s’étant donc terminée assez tôt, j’ai eu le temps de me balader et de déambuler dans la conv’. Assez petite au demeurant, elle était assez densément remplie. J’ai pu discuter de ça, de là, notamment avec Peggy qui représentait Sombre et La Loutre Roliste. Mais aussi Jeux Barjots que les bordelais connaissent bien, qui viennent s’installer à Libourne et bien d’autres gens.

Comme chaque année, je suis aussi surpris de la quantité de joueurs de Magic présents ! Clairement 60 à 80% de la fréquentations était constituée de magic-eurs ! Les tournois semblaient bien tourner et ça faisait plaisir à voir. Je ne croyais pas qu’autant de joueurs étaient investis dans ce jeu.

Magic Dragon Libournais
Quand je vous disais qu’il y avait plein de joueurs de Magic ! Photos par Les Ailes De Némésis

Enfin j’ai pu faire quelques J2S avant de repartir pour me reposer en vue de la journée suivante et voici mes “coups de coeur” de cette journée :

Princesse Jing :

Un jeu de positionnement et de secrets. Assez amusant, je vous laisse le découvrir, car le système est très simple, du coup je ne vais pas m’étaler dessus. Mais je signale juste qu’une partie du gameplay repose sur des miroirs qu’on cherche à positionner au mieux et à regarder le plus discrètement possible. Simple, efficace et drôle ! A tester 🙂

Quoridor

Un jeu abstrait ! C’est pas souvent qu’on en parler par ici alors profitez en 😉 C’est un simple jeu de positionnement dont les règles semblent méga simples (et le sont) mais où le jeu peu révéler une super grosse profondeur ! Pour les gens que vous savez un peu frileux aux J2S proposez leur celui-là. En plus c’est vraiment un bel objet, en plus votre budget ne sera pas martyrisé 🙂

Dimanche : Mr Blue, Poker & Koh-Lanta

Me revoilà pour le dimanche et dernier jour de la conv’, j’y suis en tant que MJ, à Delta Green, histoire de pouvoir me faire plaisir. Après avoir attendu mes joueurs quelques temps, la partie a pu se lancer, (merci aux copains des Ailes de Némésis au passage 😉 ).

Le scénario “Nuit De Poker” est issu du livret de l’écran V6 de Delta Green chez Sans Détour et est plutôt axé sur l’exploration que sur l’investigation. Il fait évoluer des militaires de l’US Air Force au rebut, presque à la cour martiale dans une base isolée, dernier placard avant la prison. Ambiance assez légère au final, que je trouve adaptée aux conventions où poser une ambiance lourde et faire peur à ses PJ est extrêmement difficile.

Delta Green by Homo Ludis
“Mais non vous allez pas mourir de suite !” Photo par Les Ailes de Némésis

Donc nous sommes partis pour quelques heures ensemble. Grâce à un groupe fonctionnel et une organisation au top, la partie s’est vraiment super bien déroulée. Juste que les tables aux alentours qui vivent aussi leur parties ont parfois interféré avec la nôtre. Mais j’ai déjà parlé de ça plus tôt 🙂

En gros ce fut un plaisir, d’autant qu’un de mes joueurs a gagné le titre de “Gros Pain” ainsi que le pain de 5kg qui l’accompagne pour ses actions pendant la partie ! (Oui, démonter un Vagabond Dimensionnel à la clé à molette quasiment tout seul est une performance qu’on peut qualifier de “gros pain”).

Merci aussi à mes joueurs de m’avoir permis d’être classé 2ème meilleur MJ de la journée ! Grâce à vous j’ai pu mettre la main sur “Terre²” de chez Blam ! Ce JDR m’a l’air bien sympa et je vous en reparle très vite !

Mais avec tout cela la journée avait bien avancé et je n’ai pu faire qu’un J2S mais celui-ci m’intriguait pas mal depuis quelques temps : Galèrapagos, une sorte de “Koh Lanta, coopératif mais pas trop”. Et bien c’est un jeu contre le jeu avant d’être compétitif, et comme tous ces jeux, le jeu est très fort. Mais ici il est VRAIMENT SUPER FORT ! En 3 parties (assez courtes), nous avons à peine entrevu une possibilité de victoire. Peut être parce que nous n’étions pas assez nombreux (auquel cas, il y a un souci d’équilibrage) ou alors parce qu’il faut beaucoup jouer pour progresser. Mais le matériel est bien joli et la mécanique huilée, à réessayer donc !

Conclusion :

C’était chouette ! Vraiment, on a vu beaucoup de monde, des gens qui venaient de loin, de près, des rolistes, ludistes et magicistes en nombre ! Et ça, ça fait plaisir !

Bravo à l’organisation qui est à la fois efficace, performante et dont le staff était vraiment sympa (Non, Etienne ne m’a pas forcé à écrire ça 😉 . Au niveau des améliorations, je dirais : l’isolation des tables. Même si au vu de la configuration des lieux, ça me parait très très compliqué (peut être chercher un nouveau repaire pour les XX° RLDL ?). Je dirai aussi de ne pas remplir les tables en lignes. C’est à dire de laisser toujours quelques places libres pour les camarades qui arrivent sur place le jour – j afin qu’ils puissent avoir le choix de la table.

Globalement tout était très bien, et on se donne rendez-vous en 2019 pour les 20 ans des dragons !

Merci de m’avoir lu, n’hésitez pas à partager l’article, commenter avec vos opinions si vous étiez là et à me suivre sur Facebook !

Guillaume COEYMANS

2 réflexions sur « Faut Qu’on Conv’ #4 – Les XIX° Rencontres Ludiques du Dragon Libournais »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.