Let’s palette #7 – P.I.

Dans cette série d’articles, je présente des jeux de société. Je les ai obtenu via une palette Ludikbazar que l’association le Dragon Libournais s’est procurée (coucou les Dragons !). Je n’ai choisi ces jeux qu’en fonction de leurs boîtes (visuels + présentation sur la boîte même)… autant dire que je ne sais rien d’eux ! C’est donc des tests en tant que néophyte que je vais réaliser pour les articles de cette série. Dernière précision, tout ceci est bien sûr purement subjectif, n’hésitez pas à dire dans les commentaires à quel point vous n’êtes pas d’accord 😉 Aujourd’hui nous partons à la découverte de…

P.I.

Fiche technique :

=> Auteur : Martin Wallace

Martin Wallace

=> Illustrateur : Steeve Noon

Steeve Noon

=> Editeur : Treefrog Games

=> Date de sortie : 2011

=> Genre : déduction (selon eux)

=> de 2 à 5 joueurs

=> conseillé à partir de 13 ans

=> temps de jeu : 45-60 min effectif / une vie (ressenti)

=> prix : plus à la vente, mais on peut s’arranger

Principe du jeu

Chaque joueur est un détective qui va devoir trouver un trio d’informations à chacune des 3 manches : le coupable, le lieu du crime et… la nature du crime (wtf ?). Vous allez donc piocher des cartes pour essayer de trouver ces éléments, et le joueur à votre droite -qui détient la solution de votre affaire- vérifiera et validera l’avancement de votre enquête.

Les points forts

=> Simple : une fois décryptées les traductions boiteuses des règles, leur application en jeu est assez simple/iste. Vous pouvez y jouer avec des enfants sans problème.

=> Mise en place rapide : pas besoin de 30 minutes pour installer plateau, tuiles et cartes, vous pourrez jouer rapidement !

=> Surplus de rangement : le jeu contient un surplus étonnant de pochettes en plastique que vous pourrez réutiliser dans vos autres jeux qui en manquent !

Les points faibles

=> la mort du fun : le hasard est presque omniprésent dans les mécaniques du jeu, les choix tactiques sont… nébuleux. Et si un joueur souhaite faire de l’anti-jeu, la partie peut-être très rapidement bloquée. C’est d’un ennui sans nom…

=> Un jour sans fin : 3 manches IDENTIQUES ! Aucune variation de mécaniques. Serait-ce une tentative désespérée de rallonger la durée de vie du jeu ? Cela présente toutefois un avantage : on peut arrêter de “jouer” dès la première manche 😀

=> Aparté sur l’immersion : Tous les jeux emballent leur système de règles dans un décor censé faciliter l’immersion des joueurs et rendre l’expérience ludique plus agréable. Cela peut même influencer le système de règles en lui donnant de la cohérence. Or, dans P.I., on peut avoir trouvé notre coupable et le lieu de son crime SANS SAVOIR QUEL CRIME IL A COMMIS ! Et le système forçant à deviner aléatoirement renforce cet aspect absurde.

Exemple :

  • Miss Frenchy, à Trocadero, vous avez… tué quelqu’un ?

  • Non.

  • Vous avez braqué une banque ?

  • Non…

  • Vous avez… fait de la contrebande ?!

  • Toujours pas.

  • Vous avez fait du chantage ?

  • Bien joué, vous m’avez eu.

Au final…

Je n’attendais rien de ce jeu, et pourtant il m’a déçu ! C’est la progéniture honteuse du Cluedo et du jeu de cartes la Bataille. La traduction flemmarde rend la compréhension des règles incertaine, notamment quand on s’aperçoit des failles évidentes du système de jeu dès la PREMIÈRE lecture.

Je ne conseille ce jeu dans aucune condition ni pour aucun type de public. Je n’ai même pas un début d’idée pour moduler le jeu et améliorer l’expérience ludique.

Pour faire un comparatif avec Blue Max que je n’avais également pas aimé, ce dernier avait comme principal défaut de ne pas être équilibré, ce qui aurait pu être corrigé aisément avec des éditions ultérieures. Mais là, c’est l’essence même du jeu qui est problématique.

Ma conclusion : Si je donnais des notes aux jeux que je teste ici, ce jeu aurait : Prometheus/20. J’en avais entendu parlé, je me suis dis pourquoi pas et au final, je ne m’en servirai plus jamais.

—————————-

Voici donc le septième article de cette série, j’espère qu’il t’aura plu à toi Lecteur 😉 Si c’est le cas, ou non d’ailleurs, n’hésite pas à me le dire en commentaire. Tant que c’est constructif, je suis preneur ! Pour ceux qui ont testé ce jeu, n’hésitez pas à donner vos propres impressions ! Dans tous les cas, parlez de nous, diffusez un maximum autour de vous !

“La vie est un jeu, il ne faut pas la prendre trop au sérieux !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.