PAR PITIÉ ! N’offrez pas de jeux de société à vos enfants pour Noël

Aujourd’hui c’est coup de gueule ! Et on parle de cadeaux de Noël vu que c’est la saison ! Je vais parler principalement des jeux de société “classiques”, ceux que vous trouverez en grande surface ou ceux qui font la pub à la tv.

Ces jeux sont chiants :

Je ne dis pas qu’ils sont mal faits ou qu’ils sont nuls. Juste que … Honnêtement, c’est pas très fun… Le Monopoly n’est amusant que pour celui qui gagne, le Scrabble a un rythme tellement lent qu’il est soporifique. Etc. etc. …

LE PIRE, le pire … C’est les éditions spéciales du Monopoly (Game of Thrones, de votre ville, Star Wars, etc.) en vrai … ça fait joli sur l’étagère mais personne n’y joue, non ? J’ai même envie de dire : combien de parties de Monopoly vous avez déjà fini ? Personnellement, une seule et c’était bien relou.

Monopoly
*Baille*

Dans leur volonté d’être tous publics, ces jeux nivellent le fun par le bas. Ils tentent l’équation impossible de plaire aux enfants qui veulent du fun et les adultes qui cherchent une forme de sérieux. Du coup c’est tiedasse.

Après il y a l’autre volet, ceux qui se veulent ouvertement “fun et accessibles”, les croc-carotte, tic tac boum et compagnie. Eux tombent dans le piège inverse et sont simplistes. Du coup chiants… on y revient …

Enfin bref n’achetez pas ce genre de choses là pour vos enfants et proches.

Offrez des jeux de plateau !

Oui, ok jouer sur les mots c’est faiblard. Comme je l’ai fait dans un vieil article, je sépare en gros (c’est une approximation hein) les jeux qu’on trouve dans le commerce de masse et ceux qu’on trouve dans les boutiques spécialisées.

On le sait depuis longtemps, la France est l’un des plus gros créateurs de J2S et l’offre y est foisonnante ! L’occasion de justement sortir des jeux chiants dont on parlait juste avant. Mais oui, ça peut être impressionnant d’avoir tant de choix, on ne sait plus ou donner de la tête.

Jeux divers
Avouez, ça donne bien plus envie !

C’est là où vous DEVEZ vous déplacer si possible en boutique, car les vendeurs sont souvent passionnés et de bon conseil en jeu ! Si vous n’avez pas de boutique à proximité, le web foisonne de blogs et sites qui vous donneront de précieux conseils (bien entendus les meilleurs seront ici, je dis ça de façon tout à fait objective et neutre 😉 ).

Vous y trouverez des jeux plus profonds, simples sans être simplistes (comme le génial Minuscule, dont je vais bientôt vous parler). Mais aussi des jeux experts vraiment complets et complexes pour vos enfants/proches un peu plus âgés.

Sortez de votre zone de confort !

Si vous devez retenir une seule chose de ce court article un peu abrupt c’est ça : sortez de vos habitudes, y compris en jeu de société.

Grâce à cela vous ferez de belles découvertes, originales, fun et passionnantes. En plus, la plupart du temps vous participerez à développer le tissu commercial local, faire vivre une exception française, des auteurs et des éditeurs ! Donc pourquoi un énième monopoly ?

C’est tout pour ce mini-coup-de-gueule ! Merci de m’avoir lu et n’hésitez pas à partager cet article !

Guillaume COEYMANS

Carton Rouge : Sans Détour, Mais où va-t-on ?

Ok alors aujourd’hui, je ne suis pas content. Sans Détour, éditeur de jeux de rôles ayant déjà fait sensation avec son crowdfunding pour la 7 édition de son jeu de rôles phare l’Appel de Cthulhu, lance un nouveau financement participatif pour une campagne inédite, les 5 supplices. Mais il y des choses qui me gênent méchamment ce coup-ci, je m’explique :

Précisions pour cet article, je pars du principe que vous avez lu mon article sur le CrowdFunding ou sur Sans Détour et son “succès surprise“, si ce n’est pas le cas, allez y jeter un œil =) 

Le “foulancement”, comme on devrait dire en français, est un moyen de financer un projet qui n’existe pas et qui n’existerait pas sans ce système. Il permet ainsi de créer du contenu grâce à des fans.

Or l’éditeur est tombé dans un écueil qui est le suivant : le produit existe et le financement participatif n’est qu’un argument marketing. Explications :

Le produit est déjà financé, comme Sans Détour l’avait indiqué pendant la campagne de la V7, par l’argent de la précédente souscription. L’angle choisi est donc que si les joueurs souhaitent avoir tout le matériel, ils doivent souscrire. Tout le matériel existe déjà pourtant ! Les scénarios sont écrits, les partenaires trouvés, etc.

Qui plus est, l’objectif fixé est encore une fois terriblement bas ! Le premier palier était à 10 000 euros, sachant que la version la plus vendue (et non la plus financée, puisqu’on ne parle plus de financement ici mais de vente) est à 150€. Au vu des précédents succès, Sans Détour savait pertinemment que sa base de fans ferait tomber ce palier très vite (soit moins de 100 financements). A l’heure où j’écris ces lignes, on a dépassé les 80 000€ et le financement est à 823%. Ce qui est, soyons honnêtes, totalement absurde. La prise de risque est nulle, c’est donc à des années lumières de ce qu’est le financement participatif.

On n’est plus dans le financement d’un projet mais dans l’édition limitée déguisée. Je n’ai rien contre une édition limitée, j’en ai pas mal et je pleure celles que j’ai ratées, mais c’était des produits vendus clairement comme tels. Ici, je ne peux pas m’empêcher d’avoir l’impression de me faire avoir quelque part. Je n’ai plus l’impression d’aider une structure, vu que les produits existent. J’ai l’impression que l’on me “force” à payer pour avoir un produit complet, et que si je ne paye pas j’aurai une édition au rabais.

De plus Sans Détour profite de l’écho marketing qu’est “un financement participatif record !” alors que l’on distord le concept pour en faire un outil marketing. Alors je pense qu’ils vont essayer de faire bonne impression à base de “on ne s’y attendait pas” et “on a pensé aux boutiques, des offres leur sont spécialement destinées”.

Comme le dit très bien Le Thiase, on n’aide pas une petite maison d’édition sur un JDR avant-gardiste mais l’un des JDR les plus populaires et les plus diffusés. Autant vendre les produits directement au prix fort, on aura l’impression que c’est honnête, même si c’est cher.

Bref pour conclure, je ne cautionne pas cette démarche et je prédis que si ce genre d’initiatives se multiplient, le monde du JDR va droit dans le mur, sans détour.

Guillaume Coeymans 

“Hatred” Carton Rouge !

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui, je m’énerve.

Je suis un défenseur du Jeu Vidéo, je me hérisse chaque fois que j’entends des bêtises sur le jeu vidéo qui rend violent “parce qu’on peut tuer des gens sans raison”. Ceux qui disent ça ont acheté GTA V et Call Of Duty à leur môme de 10 ans (lisez les boites le “18+” c’est pour l’âge hein…). En général, ces jeux sont effectivement matures et violents. Ils évoquent des univers parfois brutaux (la pègre dans GTA, la guerre dans Call Of Duty), et traitent la violence avec une certaine intelligence. Dans GTA, l’objectif du jeu n’est pas de tuer des innocents dans la rue, si vous le faites, c’est uniquement votre choix de joueur. Call Of Duty ne nous fait pas tuer des gens “innocents”, les ennemis que l’on affrontent sont clairement identifiés comme des menaces envers notre avatar (au delà du débat sur l’appartenance ethnique ou religieuse représentée). Ne me parlez pas de la mission “No Russian” (en anglais) de Call Of Duty Modern Warfare 2, le débat est plus complexe qu’il n’y paraît, et c’est avant tout un coup de com’.

Non, si je suis en colère aujourd’hui, c’est à cause de Hatred (édité et développé par Destructive Creations ) , un jeu de shoot isométrique (en vue du dessus, sur le coté) qui vous met dans la peau d’un personnage asocial et haineux, dans un univers contemporain, sombre et sinistre. Passe encore, des univers sombres et brutaux, il y en a beaucoup de très bien (LIMBO ou Deadlight). Le problème ici, c’est que le but du jeu est bel est bien de tuer des innocents pour le plaisir ! Et pour atteindre le meilleur score. La différence est de taille ! Être un tueur psychotique avide du sang des innocents est ici l’objectif du jeu, et nous n’avons pas le choix. Pour jouer, il faut tuer des innocents, simplement parce qu’ils sont là.

La chance que nous avions, c’est que le jeu est passé par le “Steam Greenlight”. Pour faire simple, Steam est la principale plate-forme de diffusion de jeux vidéos PC dématérialisés. Greenlight est un de ses services permettant à des développeurs de proposer un concept, une ébauche de jeu et la communauté peut voter pour ses projets préférés. Les heureux élus sont ensuite publiés sur Steam. Greenlight à permis à Hatred de se faire connaître et grâce à une communauté active, d’arriver en tête des jeux attendus par le public. Personnellement, à chaque vote supplémentaire pour ce jeu, je perdais un peu de foi en mes amis gamers… Mais heureusement, Steam veille au grain et le jeu à finalement été retiré quelques heures après sa mise en vente.

Petit soupir de soulagement, oui, ça ressemble à de la censure mais le principe de ce jeu est réellement écœurant et ne mérite pas d’être diffusé sur une plate forme telle que Steam. Si Destructive Creations veut diffuser son jeu, qu’ils le fassent eux mêmes, c’est tout à fait possible (l’exemple de Minecraft le montre bien). Mais, Gabe Newell le créateur de Steam (entre autres) a imposé le retour du jeu car celui-ci a un “public”. Alors certes, des gens achèteront, mais lorsque l’on distribue à une telle échelle auprès d’un public aussi vaste, il faut savoir prendre ses responsabilités et éloigner les articles tendancieux.

Imaginez un instant que Warner Bros ou Disney publie un film comme Hostel ou A serbian Film , ceux ci prendraient probablement une volée de bois vert. Mais pour diffuser ces films de niche, il existe d’autres réseaux de distribution ou des studios satellites. Ici, le souci est le même, Hatred n’a pas sa place sur Steam. Pour moi, ce genre de jeux n’ont même pas leur place dans l’univers vidéoludique ni nulle part ailleurs. Alors vous me parlerez probablement de Postal (pour le quel je vous conseille l’excellente critique que fait Karim Debbache du film adapté et fait le lien avec le jeu, avec humour comme toujours) ou Manhunt. Oui ces jeux existent, sont peut être moins directs que ce que propose Hatred mais je suis aussi scandalisé par ce que ces jeux proposent.

Pour conclure, Hatred est l’archétype du jeu qui fait mal au jeu vidéo. C’est l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire, de ce contre quoi je me bats.J’essaye jour après jour de changer l’image du jeu vidéo auprès du grand public de montrer qu’il y a des jeux complexes, profonds, magnifiques et prenants. Puis des jeux comme Hatred arrivent, et balayent d’un revers méprisant toute la noblesse de cet art naissant. J’ajouterai qu’en plus, les gens de chez Destructive Creations flirtent avec des idéologies qui donnent une odeur encore plus nauséabonde à leur projet. Bref, Hatred ne vaut pas toute l’attention que je lui porte, mais il faut que j’en parle car il faut que cela ce sache et que l’information se diffuse. “Hatred” est un mauvais jeu fait pour de mauvaises raisons …

Ce billet d’humeur s’achève sur le trailer de Hatred afin que vous vous fassiez votre opinion. Attention, comme vous l’avez compris, c’est une vidéo réservée à un public averti. N’hésitez pas à me faire part de votre avis dans les commentaires.

Guillaume Coeymans

Sources :

http://www.20minutes.fr/culture/1502523-20141216-hatred-jeu-video-o-incarne-tueur-masse-retire-vente-steam

http://www.jeuxvideo.com/news/411797/hatred-revient-sur-greenlight-steam.htm

http://www.jeuxvideo.com/news/411608/valve-retire-hatred-de-steam.htm

http://www.jeuxvideo.com/news/2014/00075273-hatred-l-ultra-violence-qui-fait-debat.htm

http://www.nextinpact.com/news/91450-hatred-est-retour-sur-steam-greenlight.htm