Let’s palette #7 – P.I.

Dans cette série d’articles, je présente des jeux de société. Je les ai obtenu via une palette Ludikbazar que l’association le Dragon Libournais s’est procurée (coucou les Dragons !). Je n’ai choisi ces jeux qu’en fonction de leurs boîtes (visuels + présentation sur la boîte même)… autant dire que je ne sais rien d’eux ! C’est donc des tests en tant que néophyte que je vais réaliser pour les articles de cette série. Dernière précision, tout ceci est bien sûr purement subjectif, n’hésitez pas à dire dans les commentaires à quel point vous n’êtes pas d’accord 😉 Aujourd’hui nous partons à la découverte de…

P.I.

Fiche technique :

=> Auteur : Martin Wallace

Martin Wallace

=> Illustrateur : Steeve Noon

Steeve Noon

=> Editeur : Treefrog Games

=> Date de sortie : 2011

=> Genre : déduction (selon eux)

=> de 2 à 5 joueurs

=> conseillé à partir de 13 ans

=> temps de jeu : 45-60 min effectif / une vie (ressenti)

=> prix : plus à la vente, mais on peut s’arranger

Principe du jeu

Continuer la lecture de « Let’s palette #7 – P.I. »

RPGaDay 2018 – Le Challenge JDR : Suite & Fin

NOUVEL ARTICLE ! On fini le #Challenge #RPGaDAy2018 avec les réponses détaillées à ce questionnaire #JDR !

Suie donc du RPGaDAy2018 commencé sur mon Twitter (abonne toi like et RT 😀 ) et dont le premier récap est disponible ICI.

Jour 15 : Un JDR piégeux qui vous a finalement plu ?

Pas grand chose à ajouter 🙂 J’étais arrivé tard en convention et c’était la seule table qui n’avait pas démarré, j’étais moyen chaud, parce que j’aimais bien savoir à quoi je jouais (maintenant je suis plus ouvert ^^ ). J’ai vraiment bien kiffé même si l’univers ne m’était pas familier, la partie était vraiment sympa. Alors que si vous m’aviez dit “viens on fait un JDR Saint Seiya” je vous aurait probablement remballé (à l’époque, maintenant j’me suis asagi).

Jour 16 : Quels sont vos plans pour la prochaine partie ?

Continuer la lecture de « RPGaDay 2018 – Le Challenge JDR : Suite & Fin »

Faut Qu’on Conv’ #7 : RPGers on y retourne !

On était à RPGers pour la deuxième fois, on vous raconte tout ça ! Découvertes, coups de gueule et déceptions !

Pour les 1 an des Faut Qu’on Conv’ on est de retour à RPGers ! Avant d’aller plus loin, je vous conseille donc de lire le FQC de l’an dernier parce qu’on va aborder les choses différemment aujourd’hui 🙂

Un mot de contexte avant de commencer à vous parler de cette édition 2018 de RPGers. Nous y sommes allés à deux avec le camarade Étienne, c’était pour lui sa seconde participation au festival du jeu et pour moi c’était une découverte. Donc nous n’aurons pas tout à fait la même vision de la chose.

Ensuite on ne va pas vous raconter en détail chaque partie et chaque jeu que nous avons faites car si on fait le compte, à nous deux, on est pas loin des 20 parties (JDR, J2S, ou autre) à vous raconter… Déjà que ça va être long, heureusement qu’on vous raconte pas tout 😉

Z’êtes prêts ? Alors c’est parti !

RPGers : coté néophyte

Donc me voilà en route pour Plaisance du Gers, je pars seul car pour des soucis d’agenda je n’ai pas pu partir avec Etienne à 6h du mat’ mais en milieu d’après midi. Arrivé sur place, une fois tente et affaires posées au camping créé pour l’occasion sur le stade municipal de la petite ville, direction la place du village pour le festival à proprement parler.

Alors y’a pas à dire, c’est grand, même si je suis habitué aux évènements de grande ampleur (voir ICI et LA ). RPGers, sans être comparable à ces évènements, donne une impression de quelque chose de très étendu tout en étant très familial, et ça c’est important. Je crois qu’au plus fort du week-end, jusqu’à une soixantaine de tables de JDR avaient lieu en même temps, sans compter le J2S et les différentes animations. Du gros chiffre quoi !

Continuer la lecture de « Faut Qu’on Conv’ #7 : RPGers on y retourne ! »

Faut Qu’on Conv’ fête son premier anniversaire !

Et oui ! Avec le retour de RPGers, cela fait 1 an que les FQC existent ! Pour fêter ça, petit bilan et projection pour le futur des articles.

Quelques chiffres :

  • 7 articles classiques (dont deux n°3… si si, on est un peu distrait parfois) et 3 Hors-séries
  • 3040 km de parcourus (dont 80 stations de métro)
  • 9 interviews (5 organisateurs et 4 festivaliers)
  • de plus en plus de lecteurs 😉

Listes des FQC :

Interviews :

Vous avez pu, dans une bonne partie des FQC, profiter d’interviews des organisateurs des conventions et aussi de celles des festivaliers. Mais qu’ont-ils dit déjà ? Petit résumé par question…

1/ Quel est le “plus” de la convention ? (orgas) Dans le désordre, nous retrouvons les bénévoles, les salles séparées, les décors, la convivialité et l’accueil. Si on résume grossièrement, les points mis en avant sont les lieux et surtout les personnes et leurs interactions.

2/ Décrire les festivaliers en 3 mots : (orgas) Assez divers puisque nous avons eu éclectiques, passionnés, solidaires, agréables, sudistes, intéressants, compréhensifs, joueurs, bizarres et habitués. Du très positifs ! Les rôlistes/ludistes/GNistes/… sont-ils des bisounours ? :p

3/ Les messages adressés au public : (orgas) Je vous aime / C’était super cool de vous avoir encore cette année, et franchement on espère pouvoir remettre ça l’année prochaine, en espérant vous y revoir / Amusez-vous ! / Merci et revenez l’année prochaine. On sent un mélange d’affection et un petit sentiment de peur de ne pas avoir une fréquentation stable dans ces messages. Les orgas des uns deviennent le public des autres et on sent bien le lien fort entre tout le monde.

4/ L’avenir de la convention : (orgas) s’adapter à l’évolution d’année en année avec toujours l’envie de bien accueillir le public / refonte de la convention à cause de contraintes externes / amélioration continuelle des lieux et motiver les bénévoles / améliorer et corriger les choses / pérenniser l’existence du club et de la convention. Globalement, les orgas veulent améliorer l’existant par des corrections mineures plus qu’une grosse refonte – sauf par obligation.

5/ Les points forts de la convention (festivaliers) décorations / système de notation des concours PJ et MJ / les gens / convivialité / salles séparées (x2) / point de ralliement / le cabaret / les bénévoles / les tickets pour la buvette. On a 3 grandes catégories qui ressortent : les lieux, les personnes et leurs interactions et enfin, les détails d’organisation qui font la différence. On peut voir que chaque point de détail est important pour les festivaliers mais qu’ils semblent donner de l’importance spécialement à ces trois points là.

6/ Les points faibles de la conventions (festivaliers) accueil long / ne pas pouvoir dormir sur place / thé payant / la restauration / implantation des tables pour le banquet / complexité d’inscription / les espaces de jeu / l’absence de conférences / moments vides / attention pour les consignes imposées en concours d’improvisation. Principalement, les festivaliers attendent un accueil impeccable et avoir un maximum de confort, au sens large. On voit comme pour la question précédente que les lieux et leur installation sont une donnée essentielle.

7/ Les messages adressés aux organisateurs (festivaliers) C’est super cool, je reviens l’année prochaine ! / Merci beaucoup ! / Revenez à l’année dernière pour l’orga et le buffet ! Et continuez comme ça vous faites du bon boulot / Je vous aime bande de… ah, faut pas trop que je dise de bêtises… bande d’idiots. Encore une fois de l’affection, de la gratitude et de la bienveillance.

Bilan perso :

Pour préparer cet article, je me suis replongé dans chaque FQC et j’ai noté certaines choses : tout d’abord, j’ai senti ma propre évolution. Cela ne fait qu’un peu plus de 2 ans que je fais des conventions, est seulement 1 an que je les fait entières. J’ai donc découvert, apprécié et pris les codes de ces événements.

Ensuite, en expliquant ces événements à des non-joueurs, j’ai rapidement fait la disctinction entre les conventions amatrices d’un côté, faites par des associations et surtout des bénévoles passionnés, et dont l’objectif est la convivialité et le plaisir de jouer et de l’autre, les conventions organisées par des entreprises d’événementiel, menées par des salariés et possédant un objectif lucratif. Je fréquente les premières et Guillaume majoritairement les secondes, et on sent immédiatement la différence dans nos FQC respectifs.

Autre fait notable, nous sommes une putain de grande famille ! Je vais répéter ce qui est dit au dessus, mais bon sang, la convivialité, la bienveillance, la joie de se retrouver… il y a une affection profonde reliant notre communauté. Et comme dans toutes les familles, ça se chamaille parfois et il y a des différents, mais toujours dans un soucis d’entraide. J’ai pu intégrer cette famille petit à petit, alors pour ça un grand, un immense merci à tous !

Pour finir, je n’ai qu’un souhait : que nous trouvions un moyen pour que toutes les associations travaillent ensemble, s’entraident et fassent des projets communs.

Évolution des FQC :

Comme nous l’avons dit dans le live fait pour RPGers, les FQC vont évoluer, mais nous avons besoin d’acquérir du matériel pour cela. Donc rester attentif, venez nous dire bonjour si vous nous croisez en conv’ et amusez-vous !

E.C.

RPGaDay 2018 : Bilan d’étape !

Aujourd’hui, c’est les vacances ET c’est férié, du coup je vous propose de suivre l’aventure RPGaDay2018 (suivez moi sur twitter pour l’avoir en direct 😉 ). En gros je vais développer ce que j’évoque en 250 caractères 😉 Voici donc les 15 premiers jours.

RPGaDay : kessessé ?

En gros, il s’agit d’une série de questions posées aux joueur-ses de JDR à travers tout le mois d’août, et vous l’aurez compris, avec une question par jour.

Le format est à la discrétion de chacun 🙂

JDR par jour
Voilà les différentes questions ! C’est en anglais mais je crois en votre talent 😉

Jour 1 : “Ce que vous aimez dans le JDR”

Pour le coup, je n’ai pas tant à détailler que ça. Je trouve que le JDR est l’un des plus forts pourvoyeurs d’histoires disponible actuellement.

Continuer la lecture de « RPGaDay 2018 : Bilan d’étape ! »

La Horde du Contrevent : Tempête dans un verre d’eau ou Tornade Révolutionnaire ?

Ça faisait longtemps que j’avais pas trainé ma plume du côté de la littérature ! Et c’est l’œuvre culte d’Alain Damasio qui m’a donné envie de m’y remettre 🙂 Alors on se penche sur cet ouvrage hors norme.
Attention, une section SPOILERS est prévue dans l’article, vous n’aurez qu’à cliquer pour la sauter 😉 Sinon pas de risques de vous faire divulgacher.

Et mon culte, c’est du poulet ?

Alors par où commencer ? Déjà, je pense, par détailler un peu la notion d’œuvre culte, au plan personnel. Partout, vous entendrez dire par ceux qui ont lu La Horde du Contrevent, que c’est un ouvrage culte, un incontournable pour eux.

Continuer la lecture de « La Horde du Contrevent : Tempête dans un verre d’eau ou Tornade Révolutionnaire ? »

JDR et cinéma : les flashbacks

L’action se coupe, l’image devient grise, la musique mystérieuse et le personnage un narrateur . C’est un flashback !

Autant le dire tout de suite, je n’aime pas les flashbacks. Je trouve que ce sont des outils paresseux qui prennent le public pour des idiots, qui sont souvent mélodramatiques pour rien, qui tuent le mystère et ressemblent à des pansements narratifs sur une mauvaise histoire (ok peut-être que je m’emporte).

C’est vrai que certains films les utilisent et les utilisent très bien : Usual suspect et Oldboy me viennent en tête en premier (bah oui un film coréen parce que je les aime).

Si certains réalisateurs en font des choses bien, alors nous, les MJs, en tant que “réalisateurs” de parties, on peut aussi.

Emmenez le récit où vous voulez :

Ils ont déjà dit oui :

Quand je suis MJ, je me méfie des petits malins qui ne veulent pas suivre l’aventure. Vous les avez déjà tous vu, ce sont les joueurs qui disent ce genre de chose: “j’ai aucune raison d’y aller, c’est pas RP, si c’était moi je le ferai pas, c’est vraiment parce que le scénar le demande”.
Plutôt que de partir dans un long débat je préfère leur mettre un petit flashback (extrait d’un scènar de mon jdr perso, Alphas).

“-vous êtes dans le pick-up qui vous emmène au village, vous voyez déjà la foret, le terrain est très montagneux, vous aller devoir finir à pied”. CUT- flash-back sur le moment où vous avez accepter le job.

-“Vous revoilà dans un bout de wasteland, au pied d’un arbre mort, le vizir que vous attendez sort d’une limousine blindée dont les armoiries sont à peine visibles avec la poussière que son escorte a soulevée”.

C’est à ce moment là que les PJs apprennent ce qu’ils ont accepté de faire mais c’est aussi la chance pour eux de négocier leur salaire, demander du matériel ou des informations supplémentaires.

Dans cette situation, un PJ peut râler mais le débat est transféré dans le jeu, en roleplay. Ce n’est plus le joueur qui râle, c’est son personnage, il peut réclamer une meilleur récompense mais surtout le MJ (ce salopard?) peut le forcer en RP (menaces, chantage etc.).

Cette scène doit être dans tous les cas constructive, plonger les joueurs dans l’ambiance, les connecter à l’univers (s’ils détestent les PNJs c’est qu’ils s’impliquent).

Un flashback pour souder le groupe

L’idée est de leur faire vivre une scène essentielle de leur passé, celle où tout a basculé. C’est peut-être une scène d’enfance (comme les fait si bien Stephen King), un boulot précédent qui a mal tourné etc.

Vous étiez prévenus: le flashback comme avertissement

Vous voulez mettre la pression à vos joueurs dès le début d’un scénario d’horreur. Faites leur rencontrer le monstre/ tueur/ danger abstrait dans un long flashback, un prélude.

Si vous voulez des exemples au cinéma, regardez le remake de Jason ou le boulevard de la mort de Tarantino.

Ne donnez pas forcément à vos joueurs leurs persos définitifs, donner leur des victimes. Si un des personnages survit (capturé/ rendu fou / dans le coma) profitez en pour en faire le coeur du jeu, le but de leurs personnages.

Comme ça, ils savent tout de suite à quoi s’en tenir, ils sont propulsés dans l’histoire. C’est aussi l’occasion de montrer que le méchant sait ce qu’il fait, qu’il aménage son antre en fonction etc.

NB : les joueurs vivent l’histoire à travers les yeux de leurs personnages, ils ne sont donc pas forcément fiables. Un enfant, un drogué ou même quelqu’un de très superstitieux ne verra pas les choses telles qu’elles sont.

Les jeux qui génèrent des flashbacks

Certains systèmes gèrent le passif des personnages et par la même les relations entre les PJs, c’est notamment le cas des jeux “propulsés par l’apocalypse” tels que Apocalypse World, the Sprawl ou Night Witches (jeu sur lequel vous aurez peut-être un article bientôt 😉 ).

Ces jeux posent des questions tels que “qui t’as déjà sauvé la vie ou à qui fais tu le plus confiance, avez-vous déjà travaillé pour telle ou telle corporation”.

Les PJs peuvent ainsi tracer le réseau de liens qui les unissent (parce que les mindmaps c’est la vie) entre eux et à l’univers. Le tour de table devient ainsi bien plus intéressant car il fait partie intégrante du jeu (et pas juste des présentations parce qu’il faut en faire).

Le previously in

Vous avancez dans une campagne, tout se passe bien mais vous n’avez pas trop le temps, alors les parties s’éloignent et les souvenirs s’érodent.

Au moment où vous vous retrouvez, demandez aux joueurs de lire leurs notes (celles pas tachées par la nourriture) et de vous reconstituer un préviously in. Bien sur pour les motiver, vous pouvez leur promettre un petit bonus (en argent, en privilèges etc.).

Conclusion

Mon conseil est assez simple, préservez l’unité de temps.

Ne coupez pas l’action au milieu (surtout que ça isole généralement un joueur), laissez les choses couler.

Et vous qu’en pensez-vous? est ce que vous aimez les flashbacks? est ce que vous voyez d’autres utilités ?

À bientot, moi je vais aller voir de (bons) films.

Faut qu’on conv’ HS#3 – Des Trolls non-conventionnels !

Bienvenue dans “Faut qu’on conv’ “, les articles sur nos expériences en conventions ludiques ! Vous trouverez ici nos impressions sur les événements de nos confrères joueurs. Bien sûr, cela sera tout à fait subjectif, donc n’hésitez pas à donner vos propres impressions en commentaires 😉

Wifi et moi, à peine arrivés pour Montbe’Troll !

Wifi : Un Hors-Série ? Mais pourquoi un Hors-Série ? C’est la première fois que je peux être la vedette pendant tout un événement, et toi tu me classes en Hors-Série ? Tu cherches les embrouilles toi !

Etienne : Calmos Wifi. Alors oui tu as pu faire ton intéressante bien installée sous mon chapeau, mais franchement, t’habitues pas trop, ça va pas durer. Et puis c’est un Hors-Série pour une raison très simple : c’est une non-convention, ou plus précisément un rassemblement associatif d’après les mots de Fred et Marion. Du coup j’allais pas le mettre dans la série des Faut Qu’on Conv’ , ça me semble logique.

Wifi : Un rassemblement associatif ? J’ai pas trop vu de différence avec les conventions qu’on a déjà fait. On a joué, mangé et passé du bon temps avec tes potes bizarres, comme d’hab’ quoi.

Etienne : C’est vrai qu’il y a des ressemblances, mais y’a une vraie différence dans l’organisation. Par exemple, ils ont fait le choix de ne pas proposer de buvette. Chacun devait amener sa propre nourriture. Bon dans les faits, on a beaucoup partagé avec les autres. C’était une sorte de grosse auberge espagnole. Tu te souviens qu’on est allé faire les courses à 200m de l’événement avec Tom et Mag des Ailes de Némésis ou tu dormais encore ?

Wifi : Bah non, j’ai clairement pas loupé le moment où tu t’es rendu compte que tu avais oublié ton porte-monnaie dans la voiture ! La tête que tu faisais, trop drôle ! Le fou rire que j’ai eu quand tu es allé demander à Mag de t’avancer les sous, t’étais trop gêné !

Etienne : Ouais bon ça va, ça arrive à tout le monde. Faudra que je la remercie encore pour ça d’ailleurs. Et toujours dans cette idée de partage, c’est aussi pour ça que j’avais amené la plancha de notre asso. Elle a été bien rentabilisée dans le week-end !

Wifi : Ça manquait de poisson pour moi, mais ouais, c’était cool. Par contre vous êtes des boulets, vous avez beaucoup trop pris de nourriture, il en restait plein à la fin du week-end.

Etienne : C’est pas comme si tu avais essayé de me faire acheter tout le magasin hein ? Enfin bref, tu as dû voir aussi que pour les jeux proposés c’était aussi différent non ?

Wifi : Mouaif, c’est vrai qu’on a fait plus de types de jeux que d’habitude. D’ailleurs parlons de la murder ! C’est la dernière fois que tu me laisses étouffer dans un manteau de pervers aussi longtemps !

Etienne : C’est vrai que j’étais ridicule là-dedans… mais la murder était cool ! Jouer un dictateur des tropiques au milieu de ce qui se fait de pire en la matière, on a bien déconné. En plus être le frère ennemi de Pierre, convaincre Manon d’intégrer le communisme, prévoir son propre faux-assassinat… c’était un régal ! Les organisateurs ont vraiment bien géré aussi. C’est juste dommage qu’on ait eu une fin à la jeux vidéos où tout a pété.

Wifi : M’en fiche. La prochaine fois, laisse moi plutôt dans un coin tranquille pour draguer les petites minettes. Pas question de suffoquer encore de cette façon !

Etienne : Okay, okay… sinon y’avait l’escape room qui était bien aussi. Tu étais à fond je me souviens.

Wifi : Ah ouais carrément ! L’ambiance magie, antre de la sorcière, tout ça j’adore ! Les énigmes s’enchaînaient bien. Par contre, vu le… “matériel” qu’on a trouvé, je pense que le gars qui a organisé ça est un gros vicelard. Sans déc’, on a trouvé des godes plus gros que moi !

Etienne : Pas faux… Mais ça a pas eu l’air de te déranger plus que ça. Perso, j’ai cru que j’allais me liquéfier sous cette tente. La douche juste après a fait un bien fou ! Entre l’initiation aux combats de GN et ça, j’avais beaucoup trop chaud. Il faudra que je prévois des tenues supplémentaires pour les prochaines fois.

Wifi : Tu t’es surtout bien ridiculisé oui ! Ça se voit que tu as arrêté le sport depuis longtemps ! Amaury et Ludo t’ont battu à plate couture ! D’ailleurs faut que je demande à Marion les photos du massacre pour afficher ça.

Etienne : Tu peux te moquer toi ! Même pas capable de soulever la moindre arme ! Franchement, ça fait un moment que j’avais envie de tester ça et je me suis éclaté. Et on comprend rapidement l’intérêt de porter des gants de protection avec ça !

Wifi : Je suis en train de me dire… en fait, tout ce qu’on a fait a été proposé par d’autres assos que Trollistes&Compagnie. Ils ont joué les flemmards sur ce coup là.

Etienne : Mais non, c’est le principe de leur événement justement. Et l’escape room c’était un gars de chez eux. Et sauf erreur de ma part, tous les jeux de société à notre disposition venaient de leur asso aussi. On a découvert pleins de nouveaux jeux. Et franchement, je suis plutôt fier de moi, je me suis plutôt bien débrouillé à ce niveau là.

Wifi : Ouais, jusqu’à l’arrivée des Phénix. Ils ne t’ont laissé aucune chance de gagner eux. D’ailleurs j’aurais dû leur reparler de faire une effigie à ma gloire pour leur conv’, faudra que j’y pense la prochaine fois.

Etienne : Je m’en fiche de perdre quand je joue avec Solène, Thomas ou Kévin, je m’éclate toujours avec eux. Dommage qu’ils ne soient arrivés que le lundi d’ailleurs, on n’a pas beaucoup pu les voir.

Wifi : Ouais mais eux au moins, ils sont venus. Par rapport aux autres conv’ qu’on a déjà pu faire, y’avait quand même beaucoup moins de monde.

Etienne : Oui mais ça ne nous a pas empêché de nous amuser, loin de là. En plus, Marion m’a dit qu’ils avaient dépassé leur prévisions donc c’est que ça a bien marché. Et ils avaient pas un contexte favorable : ils sont arrivés en fin de saison des convention, et il y en avait d’autres au même moment, c’est pas de chance pour eux.

Wifi : Wif. Ça a été une chance pour toi, parce que du coup, tu as pu dormir chez les parents de Fred. Avoue qu’éviter la tente ça t’a bien arrangé.

Etienne : C’est sûr ! Mais va bien falloir que je m’y réhabitue, parce que pour RPGers, on n’aura pas le choix. Hé ! On a failli oublier les jeux de rôles ! C’était lesquels déjà ?

Wifi : Mais quel naze… Je te rappelle que tu as commencé par masteuriser toi-même sur les Terres d’Arall ! Et après y’avait l’autre là… celui de Tony… euh…

Etienne : Tu t’en rappelles pas toi non plus, bravo… on était avec Tom et Mag et c’était sur du space opera. J’avais un bricoleur et on a dû affronter des tas de robots. C’était un système et un univers qu’il avait monté lui-même de toute pièce. Je me souviens que c’était un peu confus et au final, on n’a même pas fait la fin de la partie.

Wifi : Et après le soir tu as fait du Cthlulhu. ET VOUS ETES TOUS MORTS, AH AH !

Etienne : T’as vraiment pas de mémoire hein ? On n’est pas tous mort, y’en a deux qui sont en vie. Fous, mais en vie. C’était une super partie, va falloir que j’en parle à Guillaume, parce que le MJ lui fait clairement concurrence là. Même si pour moi, y’a eu le craquage du Necronomicon. Même sur un fumble, nous le mettre “à disposition”, c’est assurer la mort du scénario. Mais bon l’ambiance était très bien et j’en referais volontiers avec ce MJ.

Wifi : La dernière partie que tu as faite c’était avec le pirate non ?

Etienne : Amaury ? C’est ça oui. Sur Symbaroum. J’avais failli m’inscrire dessus lors de Grabuge. Franchement j’ai adoré. Faut dire qu’aussi Amaury est très bon orateur, même si ça a été super long de retranscrire son interview pour l’Envol du Phénix. Franchement, ça m’a donné envie de découvrir le reste de l’univers de Symbaroum. Avec Knight, c’est le deuxième jeu de rôles que j’ai le plus envie de découvrir. Les pré-tirés étaient bien construits, le scénario bien rythmé.

Wifi : Ouais ouais… N’empêche qu’ils t’ont attendu pour reprendre après le repas.

Etienne : En même temps, j’avais prévenu. Je me suis juste calé sur le rythme de la conv… de l’événement. Donc me presser pour manger comme dans une conv’ classique était exclu pour moi. Le temps de faire la plancha, me poser avec les autres tranquille dehors… forcément ça allait prendre du temps.

Wifi : Enfin bon avec tout ce que tu dis, je vois pas une différence flagrante avec une convention. La plus grosse différence que je vois, c’est que du coup, tu t’es épargné les deux interviews habituelles.

Etienne : …

Wifi : J’ai raison hein ?

Etienne : N’importe quoi. Moi la grande différence que je vois, c’est que c’était beaucoup plus posé, plus décontracté. Le rythme est plus tranquille. J’ai eu l’impression de faire un grand week-end entre potes, alors qu’à part Fred, je connaissais aucun Trolliste. Mais bon, vu que tu joues à la plus maligne, on verra comment tu t’en sortiras à RPGers, okay ?

Wifi : Vendu !

programme

Faut qu’on conv’ #6 – L’Envol chaleureux du Phénix

Bienvenue dans “Faut qu’on conv’ “, les articles sur nos expériences en conventions ludiques ! Vous trouverez ici nos impressions sur les événements de nos confrères joueurs. Bien sûr, cela sera tout à fait subjectif, donc n’hésitez pas à donner vos propres impressions en commentaires 😉

Vendredi

Trois semaines après Grabuge, me voici parti avec l’indétrônable Polo et notre dragonneau Léo direction Cahors pour l’Envol du Phénix. Nous sommes partis à notre débauche, vers 18h40, à travers les petites routes (très sinueuses !) pour 3h de trajet.

Arrivée vers 21h30. Pas de parking gratuit en vu, je me gare “un peu” sauvagement près de la salle. Nous prenons nos affaires et nous présentons à l’accueil. On dit bonjour aux copains (et notre super MJ de Grabuge Solène !) et comme on est arrivé trop tard pour la ronde de ce soir, on va s’inscrire à celles du lendemain. Premiers pas dans la salle et… WAAAAH, la salle est juste magnifique. Grande, bien décorée, bien organisée. Un grand bravo pour ça !

On finalise nos inscriptions et continuons la tournée des retrouvailles. En vrac, dans le week end, on a vu des gens de Grimoire, Grabuge, la Confrérie des Jeteurs de dés, un Trolliste&Compagnie et surtout plein de personnes en orange pétard ! Encore une belle équipe de bénévoles, bravo à vous pour ça 😉 Au passage, l’ami Christophe de la Loutre Rôliste avait aussi investi les lieux. Une invasion de loutres c’est si mignon !

Wifi : Les loutres vaincront ! Mes salutations ô grand prêtre Christophe !

On se pose pour faire un Hero Realms – 2 victoires pour moi, hé hé – et on discute beaucoup. Vers 2h, on part en direction de l’internat avec Simon qui nous sert de guide. Balade nocturne agréable de 30 minutes, avec grimpette en bonus, et nous arrivons. L’ambiance coupe-gorge de l’entrée est particulièrement amusante. Polo, Léo et moi nous installons dans une même chambre. J’en profite pour féliciter les bénévoles qui ont gérer l’internat, c’est un travail ingrat pour eux, mais qu’ils ont assuré avec brio.

Wifi surveille et arbitre les parties de Hero Realms

Samedi

Le soucis de dormir dans un vrai lit en convention, c’est qu’on a envie d’y rester ! Mais nous nous forçons à nous lever. Une douche très agréable plus tard, nous voilà sur le retour vers la convention. On remarque à ce moment là que notre balade de la veille nous a fait faire un beau détour, il ne faut qu’un petite quinzaine de minutes pour arriver sur place.

On va prendre un petit déjeuner au comptoir, et le casse-pied que je suis (je n’aime ni café, ni thé, ni tisane, ni verveine, ni infusion… bref) arrive à corrompre les si gentils bénévoles pour obtenir du jus d’orange. On bavarde tout en mangeant et en accueillant les arrivant.

Petit aparté pour saluer le travail de décoration : des mannequins, les illustrations de la môman de Solène, des phénix un peu partout… c’est vraiment chouette !

Wifi : ouais ouais c’est bien joli, mais je vois aucune statue à la gloire de la Loutre, c’est inadmissible !

A 11h, début des parties. Polo, Léo et moi nous sommes inscrits sur une tri-tables de Knight. Le concept de la bi-table avait très bien fonctionné sur Grabuge et un très bon ami (coucou Pierre) m’avait hypé sur ce jeu. Comme d’habitude, vous trouverez le détail des parties en fin d’article 🙂 La partie s’est terminée vers 17h30, et après un rapide débriefe, nous allons nous amuser avec Concept dans un premier temps, avant d’aller manger un morceau.

Début de la ronde de nuit vers 21h sur Parazites. C’est un ami rencontré à Terres d’Ouest qui masteurise et j’aurai l’occasion d’y rencontrer de très bons rôlistes et nouveaux copains (n’est-ce pas Silvio 😉 ). Très bonne partie à découvrir un fin d’article 😉 Fin de partie vers 3h00, on discute un peu et on retourne dans les hauteurs de Cahors pour dormir.

une partie de cette magnifique salle (même si ça rend pas bien sur la photo… Homo-Ludis peut investir dans un appareil Guillaume ? :p )

Dimanche

Le réveil se fait vers 8h30, on prend une douche salvatrice, avant de ranger nos affaires et la chambre. Juste avant de rentrer dans la salle de la convention, on va poser nos affaires dans ma voiture. De nouveau, discussion pendant le petit-déjeuner, et j’apprends que la murder de la veille s’est déroulée dans un hôtel 4 étoiles juste en face du pont de Valentrée. Très bel effort de lieu, bravo les orgas ! Ça me fait penser que je devrais peut-être sacrifier une partie de jdr de temps en temps pour faire un peu plus de murder. A méditer pour les prochaines fois.

Solène des Phénix ainsi qu’un festivalier masqué acceptent d’être interviewés, vous retrouverez tout ça… devinez où… aller devinez… bingo, en fin d’article ! Z’êtes trop fort.

On se lance vers 11h dans une partie de Gardiens masteurisée par notre trolliste bientôt quarantenaire préféré Krugger 😉 Cela fait plusieurs conventions qu’il le propose en démo, j’ai plusieurs fois hésité à le faire, du coup, aujourd’hui je me lance ! Comme d’habitude, gna gna gna gna en fin de page :p La partie se finit relativement tôt, on débriefe et on discute le temps que la cérémonie de remise des lots commence.

Un peu en retard, elle commence, et même si cela prend du temps, je tiens à féliciter Solène pour la rigueur et la générosité de son discours. Les phénix ont une liste assez impressionnante de partenaires, dont certains sont assez inattendus (j’ai toujours pas compris le coup du toiletteur pour chiens…) Puis la remise de lots en elle-même démarre. Avec joie, nous apprenons que notre MJ de Parazite est 1er MJ du week-end ! Félicitations à toi poto ! Pour ma part, je décroche la 2ème place des PJs. C’est vraiment une surprise pour moi, car en dehors de la partie de Parasite, je ne pense pas avoir particulièrement brillé. Faites attention les copains, après la 1ère place à Grabuge, je pourrais y prendre goût :p Pour les lots, il y a des figurines de dragons… je ne peux pas ne pas les prendre ! Ça fera un peu de déco chez moi et pour les prochains événements du Dragon Libournais.

Fin de remise des prix est synonyme de tournée des “au revoir”. Des bisous, des félicitations aux orgas, des “à bientôt” et nous sommes sur la route du retour. La fatigue faisant, on décide de rentrer par l’autoroute. Quelques heures plus tard, nous voilà de retour au milieu des vignes.

Oooo le bô Phénix !

Bilan

Notre première venue sur Cahors a été très agréable. Léo, dont c’était sa première fois (snif… si émouvant…) en convention, a passé tout le retour à dormir. Polo et moi étions aussi fatigués, et il me semble que nous étions nombreux dans ce cas le dimanche. Je pense que l’enchaînement des conventions y est pour quelque chose, avec probablement quelque chose propre au phénix, même si je suis incapable de mettre le doigt dessus.

J’ai eu l’impression qu’il y avait moins de festivaliers que dans les autres conv’ que j’ai pu faire (impression reprise par des habitués qui ont noté une baisse de fréquentation des rôlistes), mais les orgas déjouent nos impressions en annonçant plus de 430 participants sur le week-end. Score plus qu’honorable ! (oui on y est pas encore aux Rencontres Ludiques… :p ) Probablement la taille de la salle qui nous a induits en erreur.

Le gros point fort de la convention ? Son équipe de bénévoles, sans l’ombre d’un doute ! On est presque tout le temps bien accueillis en convention, mais avec les phénix, il y a un brin de délire, de bonne humeur et de folie douce qui plane en permanence, et nom de Zeus que c’est agréable ! Un immense bravo à toute l’équipe 😀

Petit bémol sur la restauration : j’aurai bien aimé qu’il y ait une option salade froide composée. Les sandwiches et les frites étaient très cool, mais quand on est là tout le week-end, ça serait cool d’avoir un peu plus de diversité, et pourquoi pas un repas chaud le samedi soir comme ça se fait dans d’autres conv’ 😉

En tout cas, on s’est bien amusé, on vous adore les phénix et on reviendra sans hésitation !

Wifi : prévoyez un autel pour mes offrandes la prochaine fois. Je prend les poissons, les chocolats et les chèques. Let’s meet an otter time !

Superbes terrains pour les jeux de figurines

– – – – – – – – – – –

Les 3 parties de jdr du week end

Knight :

Polo, Léo et moi nous répartissons sur les 3 tables. Cette partie a été décevante pour moi. Cela avait pourtant bien commencé : l’explication de l’Univers m’a vraiment bien plu et me donne encore maintenant envie d’en savoir plus. Les soucis ? 95% de baston, alors que de l’exploration était annoncée. Puis le principe de la tri-table non utilisé : on pouvait s’envoyer des infos par sms mais ça n’avait presque aucun impact ni intérêt dans le déroulé de la partie, de plus, les tables ne se sont retrouvées que pour le débrief de fin. C’est dommage. Et dernier point, la fatalité imposée : j’y ai longuement réfléchi depuis et je pense que je ferai un article complet sur ce thème, mais dans ce cas précis, certains éléments du scénario étaient immuables alors que cela ne servait absolument pas l’intrigue et que des solutions réalistes et applicables avaient été trouvées. Bref, je m’intéresse toujours à Knight mais j’ai pas été fan de ce qui nous a été présenté.

Parazites :

En gros, c’est de l’apo zombistique. On s’était inscrit à cette table en mode “c’est du déjà vu mais on va s’amuser pénard”. Et bien ce fut la meilleure partie du week-end ! Très bons joueurs qui nous accompagnaient (Livio, je te tire mon chapeau) et une dernière partie de scénario surprenante et dantesque ! On se souviendra du fils de Léo, du friendly fire toujours de Léo qui a donné un final inattendu, une scène épique dans le commissariat (TU SAIS QUI JE SUIS ?!! JE SUIS TON PIRE CAUCHEMAR CONNARD!! T’ES MORT MEC, T’AS FAIS LA PIRE ERREUR DE TA VIE!! ) et du médecin qui achève un mourant en sortant 3 fumble de suite. Excellente ambiance, du suspense, de l’action, du drama… que du bonheur !

Gardiens :

Du médiéval fantastique pour une partie de démo présentée par un fan du jeu : Krugger. Je suis mitigé pour cette partie. L’univers a l’air sympa et les mécaniques de jeu sont assez proches de ce que je mets moi-même en place pour mon propre jdr. J’ai trouvé le scénario un poil trop classique. Et le fait que ça soit un scénario de démo ne change rien à ça. Sinon le système fonctionne bien, mais j’ai pas accroché sur un point : les échanges entre personnages sont gérés comme des combats. Ce n’est que mon propre point de vue, mais je trouve que cela ralenti le rythme de la partie. Après ça n’a pas eu l’air de déranger les autres joueurs donc ça doit juste être moi qui fait mon chieur :p

Léo à gauche, caché derrière sa main c’est Polo et moi-même à droite

Interview d’un organisateur

E.C. : Peux-tu te présenter s’il te plait ?

Solène : Donc moi je suis Solène Dubois, je fais partie de l’organisation de l’Envol du Phénix, qui est la convention où on est actuellement, qui se déroule cette année le 11, 12 et 13 Mai et qui présente toutes les activités qu’ont a tout le long de l’année à la MJC.

E.C. : Quel est le “plus” de l’Envol du Phénix ? Qu’est ce qui en fait la saveur ?

Solène : Je pense qu’il y a beaucoup beaucoup de choses, on nous a dit la salle qui effectivement est pas mal, on nous a dit les décos qui étaient plutôt intéressantes. Moi je pense qu’après ce qui fait le truc, c’est surtout les bénévoles. Cette année on a une équipe qui tourne très très bien et on a réussi à prendre du plaisir aussi, et je pense que c’est peut-être le plus important.

E.C. : Si tu devais décrire le public de l’Envol du Phénix en 3 mots ça serait lesquels?

Solène : En trois mots ? Ça fait court ! Éclectique, agréable et compréhensif.

E.C. : Si tu devais adresser un message au public de l’Envol du Phénix, ça serait lequel ?

Solène : Revenez l’année prochaine, tout d’abord, et aussi merci parce que c’est justement par ce public qu’on arrive à faire notre événement et qu’on arrive à le poursuivre, parce que si on avait personne, forcément on le ferait pas.

E.C. : Quels sont les projets pour l’avenir de l’Envol du Phénix ?

Solène : Premier projet déjà c’est le phénix, le club qui gère cet événement, de perdurer tout au long de l’année. On fait parti de notre MJC qui nous prête ses locaux, et toute l’année on propose une sortie sur les week-end du jdr, du jds, du jeu de figurines. Et après le prochain projet c’est arriver à faire un Envol n°4 ! Sinon effectivement on a le jeu de figurines qui fait pas mal d’événements, des tournois de bloodbowl, des tournois d’Alchimy, des choses comme ça tout le long de l’année justement pour aussi faire vivre, et en général, on essaye de faire un petit événement à Halloween aussi.

Attention, on est surveillé !

Interview d’un festivalier

E.C. : Ami rôliste bonjour ! Quels sont tes caracs, tes compétences et ton background ?

Festivalier : Euh je m’appelle… bah j’ai plein de pseudos d’ailleurs sur le FSO. Je viens à la base de Montpellier, j’ai commencé le jeu de rôles à 7 ans, j’ai des caractéristiques assez boostées, hein, j’ai fait de l’épique, multiclassé à fond, pendant 10 ans j’ai joué des voleurs et des bardes, des classes qui servent à rien, et puis j’ai jamais joué de paladin parce que je les déteste. C’est les gentils, ils sont buffés, c’est pas cool.

Sinon je fais beaucoup de conv’, parce que je suis maître de jeu à la maison, et du coup j’ai envie de jouer, donc je vais en conv’ et je joue, sauf que maintenant, cette année 2018, j’ai choisis de montrer un truc que j’avais kickstarté, un jeu qui s’appelle Symbaroum, parce qu’il est bien, c’est de la dark fantasy. Du coup je me met à maîtriser en conv’. Et ça fait bizarre, parce que d’habitude j’ai des joueurs pendant 8 heures, sur plusieurs parties, et une fois par semaine, et là ça change, j’ai des gens pendant pas longtemps, et ça fait bizarre.

E.C. : Quel est ton expérience sur l’Envol du Phénix ?

Festivalier : Alors l’Envol du Phénix, je ne sais plus à quelle édition je suis venu, mais en gros le cercle des gens de Cahors, parce que c’est à Cahors, je les connais depuis très longtemps. Je crois qu’avec Cédric la dernière fois, on s’est dit que ça faisait plus de 10 ans qu’on se connaissait, un truc comme ça. Le phénix c’est des gens très bien, très bons, qui aident vachement à RPGers, ils sont là sur beaucoup de conv’, ils bougent, c’est ça qui permet aussi de connaitre les clubs, je sais plus vraiment quand c’est que j’ai fait le Phénix… bon ça fait longtemps !

E.C. : Si tu devais donnais 3 points forts et 3 points faibles à la convention, ça serait lesquels ?

Festivalier : A la convention… 3 points forts… ils font tout le temps un effort sur la déco et l’organisation. Là cette année vous pouvez pas le voir mais y’a des nappes avec des couleurs, moi j’aime bien, les jeux de société ont été sorti, je trouve ça intelligent. Ouais voilà, la déco, elle est méga chiadée, y’a une maman qui s’est fait chiée, ça c’est un bon point fort.

Ensuite, J’aime beaucoup leur système de notation pour les concours, parce que les notes quand on a vraiment apprécié, on a tendance à dépasser la note, quand on a détesté on a tendance a vraiment rabaisser la note, là c’est juste un trait sur une ligne, et du coup je trouve ça assez intelligent parce que l’appréciation vient instinctivement : t’as une barre devant toi, et du coup tu met un trait, en fait le trait il vient instinctivement, tu fais ton trait à droite, à gauche quoi, c’est plus normal on va dire.

Et après en troisième point fort, bah les gens, sinon y’a la salle qui est pas mal, quoiqu’un peu bruyante, par rapport aux autres conventions ça n’a rien à voir il faut venir au Phénix, mais c’est pas si bruyant que ça. La déco je l’ai pas dit, mais ils font de bonnes alcolves, donc c’est important aussi. Mais ouais, les gens, les gens sont très cools.

Ah oui et 3 points faibles ! Alors de ce que j’ai vu, parce que moi je joue et on est souvent dans les alcolves, de ce que j’ai vu le vendredi en tout cas, je suis arrivé tôt, donc je pense que c’était le problème d’être arrivé tôt, mais au niveau de l’accueil, c’était long, voilà il faut le dire. Ensuite, d’habitude on dort derrière sur la scène, c’est un peu le bordel, on entend tout le monde qui ronfle c’est un peu la merde, sauf qu’il y avait des douches royales super cool de l’autre côté, donc c’était quand même cool de dormir sur place. Là ils peuvent plus, donc c’est un peu dommage car les conventions où on peut plus dormir sur la conv’ ça devient tendu surtout pour les gens qui viennent de loin, et moi je bouge souvent, après ils ont quand même fait un effort, ils ont choppé un internat, avec des places à 5€ la nuit, enfin, ils ont fait en sorte que, mais pour une convention je pense que les toilettes, le thé -ah bah voilà, ça aussi c’est un aspect négatif- et la douche/dodo c’est le plus important pour une conv’. Après on peut pas tous faire ça, les salles c’est compliqué.

Et oui cette année le thé était payant, du coup j’ai pas bu de thé alors que j’adore le thé, et bon c’est peut être une question d’organisation, ils ont p’t’être pas pu avoir du thé. Mais je trouve ça chaud parce que, je sais que beaucoup de gens boivent du café, je sais que ça coûte un peu cher, mais je pense que c’est un minimum. Même si c’est pas le thé gratuit toute la conv’, un thé par partie ou un café par partie pour tout le monde, je trouverais ça normal.

E.C. : Si tu devais adresser un message aux organisateurs de l’Envol du Phénix, ça serait lequel ?

Festivalier : Je vous aime bande de… ah, faut pas trop que je dise de bêtises… bande d’idiots. Ouais faut savoir que j’ai le pull de phénix, mais je fais pas vraiment partie du Phénix, c’est un peu une famille le Phénix pour moi.C’est pour ça que peut être j’ai pas les bons yeux pour être interviewé, mais ouais je les aime et il faut qu’ils continuent parce qu’au fil des ans, ils s’organisent mieux, vraiment, et y’a des conv’ qui coulent alors qu’eux non.

E.C. : Et pour finir, quel est ton meilleur souvenir de l’Envol du Phénix ?

Festivalier : Je me suis lancé dans la murder, j’en faisais pas trop avant, je faisais des murders en ville, je me suis lancé, je crois que la première murder que j’ai fait c’était au Phénix, murder de rôlistes hein, parce qu’on a quand même des gens plutôt bons, plutôt expérimentés dans les murders des différentes conventions. La première murder je connaissais pas l’univers de The Witcher, c’est du med-fan, j’adore, j’ai découvert l’univers pendant la murder et j’ai gagné haut la main. C’est pas le fait d’avoir gagné, mais c’est le fait qu’on a pu tirer les ficelles toute la partie et c’est vraiment génial, et en plus j’ai tué ma femme donc c’était trop cool, ma vraie femme dans la vie, donc ouais c’était vraiment un très très bon moment, on avait pas eu besoin d’être trop costumés, ça c’était vraiment super bien passé alors que c’était tout petit dans leur MJC. Je crois que c’est mon meilleur souvenir du Phénix.

Faut Qu’on Conv’ HS #2 : Le BGF

Bonjour à tous ! Aujourd’hui on revient sur les 3 jours du Bordeaux Geek Festival 2018 (BGF) , l’un des rdv phares de la culture geek en Nouvelle Aquitaine ! Avant de vous en parler, j’ai un disclaimer à vous présenter : En effet, Lenno, l’entreprise qui gère le BGF m’a employé (d’abord en tant que stagiaire, puis bénévole puis salarié, dans cet ordre). Du coup je connais bien l’équipe et un peu les rouages de la machine. Cependant, c’était il y a maintenant quelques années, ce qui me permet de faire cet article avec indépendance et le recul nécessaire. Mais ceci étant, je me devais, par transparence, de vous le dire, et à vous de faire la part des choses en me lisant 🙂

Enfin, si c’est moi qui écrit maintenant, nous étions 3 sur place et chacun aura son mot à dire ! Bref, Enjoy !

Le Bordeaux Geek Festival, une jeune institution.

Né de la même équipe qui organise déjà Animasia (festival dédié à la culture pop aussi mais avec un prisme asiatique assez marqué) il y a 5 ans environ, le BGF a pour ambition de rassembler la culture “geek” avec un spectre plus large que Animasia.

Bordeaux Geek Festival

Continuer la lecture de « Faut Qu’on Conv’ HS #2 : Le BGF »