Faut Qu’on Conv’ #4 – Les XIX° Rencontres Ludiques du Dragon Libournais

Bienvenue dans “Faut qu’on conv’ “, les articles sur nos expériences en conventions ludiques ! Vous trouverez ici nos impressions sur les événements de nos confrères joueurs. Bien sûr, cela sera tout à fait subjectif, donc n’hésitez pas à donner vos propres impressions en commentaires 😉

Disclaimer : les rencontres du dragon (RLDL pour les intimes) est portée par l’asso du Dragon Libournais dans ma ville d’origine, ainsi que celle d’une partie de l’équipe. De plus depuis quelques années Étienne que vous lisez régulièrement sur Homo Ludis fait partie de l’asso et porte les rencontres (ou du moins le pôle JDR) sur ses épaules. Du coup c’est moi qui m’y colle pour plus d’objectivité 😉 Même si c’est une conv’ qui est chère à mon petit cœur de rôliste.

Les dragons : une institution !

Près de vingt ans que le Dragon Libournais anime la vie ludique de Libourne, ville moyenne dans les environs de Bordeaux. Les membres de l’association se retrouvent toutes les semaines pour faire vivre l’imaginaire ludique en libournais.

Affiche Dragon Libournais
Dix Neuvièmes rencontres du dragon libournais

Au programme : Jeu de Rôle bien sûr, mais aussi jeu de société, figurines, murders et GN et un important pôle Magic. Et depuis 19 ans donc, les Rencontres Ludiques sont l’occasion de fêter ensemble les loisirs ludiques tous ensemble, avec des tournois de Magic, des murders, du J2S, JDR et même des escape room (pas toutes les années cependant).

Autant vous dire que les RLDL sont bien installées dans le paysage de l’imaginaire ludique. Mais cependant, je pense que les RLDL souffraient de deux problèmes : un défaut de communication, qui faisait que l’affluence, notamment aux tables de JDR pouvait être faible, et aussi leur situation (relativement) excentrée de la métropole bordelaise. Je dis “relativement” car c’est à peine 30km et 25′ de train, pourtant les rolistes de la Belle Endormie ont une tendance à être casaniers…

Mais cette année, c’était parti pour changer ! La communication ayant été nettement plus solide (en direct, car les dragons se sont beaucoup déplacés, et en ligne). Se déroulant du 6 au 8 avril, avec une soirée le vendredi et une nocturne entre le samedi et le dimanche, me voilà parti (en bon flemmard, je m’étais pré-inscrit en joueur le samedi et MJ le dimanche) en direction de Libourne !

Samedi : Xénos, princesses & corridors :

Arrivée donc le samedi matin, de bonne heure avec de la motivation plein la tête et de la fatigue plein les jambes (longue histoire courte, comme disent les anglais, je venais de déménager x) ) me voilà dans la salle des Charruauds à Libourne pour démarrer ces RLDL !

Première chose qui me surprend, avant même d’entrer dans la salle : les voitures ! Le parking est bien garni, une première ! Gage d’une certaine affluence, voilà qui est bon signe ! J’entre, passé les formulalité d’usage et les salutations ad hoc aux camarades présents je me dirige vers la table où je m’étais pré-inscrit : Deathwatch.

Particularité saine, ici les tables sont annoncées en fonction, bien entendu du jeu, pitch, MJ et nombre de places mais aussi en fonction de la durée prévue pour la partie. Étant en petite forme, j’avais donc choisi une partie courte, sur un jeu que je ne connaissais pas (même si je connaissais le système et je connais bien, voire trop bien, l’univers).

Xenos hunters
Vous le sentez le jeu fin et délicat ? 😉

Je trouve cette initiative vraiment super intéressante ! Comme ça, les MJ peuvent jouer plusieurs fois, et les PJ peuvent moduler leur journée. De même, je ne cache pas ma préférence pour les partie “courtes”, ici 4/6h max.

De suite, je note ce qui va être un des soucis de ces RLDL : le bruit. Les tables ne sont pas vraiment isolées les unes des autres (si ce n’est par une pauvre grille). Mais bon, on le sait, en convention on est pas là pour la partie aux chandelles ultra-immersive, le plaisir est ailleurs !

Me voilà donc parti pour environ 5h dans la peau d’un Frère de la Deathwatch parti démolir du xéno. Comme je l’ai dit, je connais bien l’univers, mais pas les joueurs de la table. Aussi le MJ a passé beaucoup de temps à expliciter le background de Warhammer 40k, forcément lacunaire mais cependant suffisant. Personnellement, et je le dis à mon titre uniquement personnel dû à mon expérience propre (ça fait assez de précautions ? x) ) j’ai trouvé ça lent, fastidieux et qui a pu briser le rythme de scénario, au demeurant très sympa. D’autant que certes, le BG de l’univers était bien présent, mais les personnages n’en avait quasiment aucun ! C’est un peu dommage, j’aurai voulu m’attacher un peu à mon personnage …

Je vais quand même rappeler le BG de façon ultra succinte pour la suite de votre lecture (et croyez moi, c’est frustrant, car je pourrais tenir des heures à vous raconter l’univers de Warhammer 40k ^^). En (très) gros, les PJ sont des sur-humains génétiquement modifiés pour êtres de supers soldats, dans un unviers de space opera sombre, noir, dépressif violent et brutal. L’humanité y est notamment menacée par les Xénos (aka : les extra-terrestres) et la Deathwatch est une “task force” regroupant les meilleurs soldats génétiquement modifiés pour traquer et tuer les aliens.

Cependant je n’avais jamais joué à Deathwatch, mais j’avais déjà un peu touché au système Warhammer (grosso modo commun à Warhammer JDR et à tous les jeux 40k de chez Edge ) donc j’étais en terre familière. Dans ce jeu, l’un des défis est d’à la fois incarner des êtres supérieurement puissants mais d’affronter des dangers à notre hauteur sans nous faire sentir fragiles.

Force est de constater que le MJ a parfaitement relevé ce défi ! Nos Space Marines respiraient la puissance écrasante, notamment envers les humains randoms, pour autant chaque combat nous coûtait cher et nous laissait abimés. Mais nous ne nous sentions pas devant un défi insurmontable (sauf, visiblement, pour ce qui est de lancer des grenades où nous nous sommes révélés complètement inefficaces x) )

Donc ce fut une partie vraiment agréable, avec une équipe de PJ investie et un MJ dynamique. Sur le scénario, je ne développerais pas trop car je n’aime pas m’étendre dessus, je vous laisse plutôt l’occasion de découvrir, il était plutôt classique mais efficace, peut être un peu linéaire, mais pour moi ce n’est pas un défaut !

Playing
Photo par Les Ailes De Némésis

La partie s’étant donc terminée assez tôt, j’ai eu le temps de me balader et de déambuler dans la conv’. Assez petite au demeurant, elle était assez densément remplie. J’ai pu discuter de ça, de là, notamment avec Peggy qui représentait Sombre et La Loutre Roliste. Mais aussi Jeux Barjots que les bordelais connaissent bien, qui viennent s’installer à Libourne et bien d’autres gens.

Comme chaque année, je suis aussi surpris de la quantité de joueurs de Magic présents ! Clairement 60 à 80% de la fréquentations était constituée de magic-eurs ! Les tournois semblaient bien tourner et ça faisait plaisir à voir. Je ne croyais pas qu’autant de joueurs étaient investis dans ce jeu.

Magic Dragon Libournais
Quand je vous disais qu’il y avait plein de joueurs de Magic ! Photos par Les Ailes De Némésis

Enfin j’ai pu faire quelques J2S avant de repartir pour me reposer en vue de la journée suivante et voici mes “coups de coeur” de cette journée :

Princesse Jing :

Un jeu de positionnement et de secrets. Assez amusant, je vous laisse le découvrir, car le système est très simple, du coup je ne vais pas m’étaler dessus. Mais je signale juste qu’une partie du gameplay repose sur des miroirs qu’on cherche à positionner au mieux et à regarder le plus discrètement possible. Simple, efficace et drôle ! A tester 🙂

Quoridor

Un jeu abstrait ! C’est pas souvent qu’on en parler par ici alors profitez en 😉 C’est un simple jeu de positionnement dont les règles semblent méga simples (et le sont) mais où le jeu peu révéler une super grosse profondeur ! Pour les gens que vous savez un peu frileux aux J2S proposez leur celui-là. En plus c’est vraiment un bel objet, en plus votre budget ne sera pas martyrisé 🙂

Dimanche : Mr Blue, Poker & Koh-Lanta

Me revoilà pour le dimanche et dernier jour de la conv’, j’y suis en tant que MJ, à Delta Green, histoire de pouvoir me faire plaisir. Après avoir attendu mes joueurs quelques temps, la partie a pu se lancer, (merci aux copains des Ailes de Némésis au passage 😉 ).

Le scénario “Nuit De Poker” est issu du livret de l’écran V6 de Delta Green chez Sans Détour et est plutôt axé sur l’exploration que sur l’investigation. Il fait évoluer des militaires de l’US Air Force au rebut, presque à la cour martiale dans une base isolée, dernier placard avant la prison. Ambiance assez légère au final, que je trouve adaptée aux conventions où poser une ambiance lourde et faire peur à ses PJ est extrêmement difficile.

Delta Green by Homo Ludis
“Mais non vous allez pas mourir de suite !” Photo par Les Ailes de Némésis

Donc nous sommes partis pour quelques heures ensemble. Grâce à un groupe fonctionnel et une organisation au top, la partie s’est vraiment super bien déroulée. Juste que les tables aux alentours qui vivent aussi leur parties ont parfois interféré avec la nôtre. Mais j’ai déjà parlé de ça plus tôt 🙂

En gros ce fut un plaisir, d’autant qu’un de mes joueurs a gagné le titre de “Gros Pain” ainsi que le pain de 5kg qui l’accompagne pour ses actions pendant la partie ! (Oui, démonter un Vagabond Dimensionnel à la clé à molette quasiment tout seul est une performance qu’on peut qualifier de “gros pain”).

Merci aussi à mes joueurs de m’avoir permis d’être classé 2ème meilleur MJ de la journée ! Grâce à vous j’ai pu mettre la main sur “Terre²” de chez Blam ! Ce JDR m’a l’air bien sympa et je vous en reparle très vite !

Mais avec tout cela la journée avait bien avancé et je n’ai pu faire qu’un J2S mais celui-ci m’intriguait pas mal depuis quelques temps : Galèrapagos, une sorte de “Koh Lanta, coopératif mais pas trop”. Et bien c’est un jeu contre le jeu avant d’être compétitif, et comme tous ces jeux, le jeu est très fort. Mais ici il est VRAIMENT SUPER FORT ! En 3 parties (assez courtes), nous avons à peine entrevu une possibilité de victoire. Peut être parce que nous n’étions pas assez nombreux (auquel cas, il y a un souci d’équilibrage) ou alors parce qu’il faut beaucoup jouer pour progresser. Mais le matériel est bien joli et la mécanique huilée, à réessayer donc !

Conclusion :

C’était chouette ! Vraiment, on a vu beaucoup de monde, des gens qui venaient de loin, de près, des rolistes, ludistes et magicistes en nombre ! Et ça, ça fait plaisir !

Bravo à l’organisation qui est à la fois efficace, performante et dont le staff était vraiment sympa (Non, Etienne ne m’a pas forcé à écrire ça 😉 . Au niveau des améliorations, je dirais : l’isolation des tables. Même si au vu de la configuration des lieux, ça me parait très très compliqué (peut être chercher un nouveau repaire pour les XX° RLDL ?). Je dirai aussi de ne pas remplir les tables en lignes. C’est à dire de laisser toujours quelques places libres pour les camarades qui arrivent sur place le jour – j afin qu’ils puissent avoir le choix de la table.

Globalement tout était très bien, et on se donne rendez-vous en 2019 pour les 20 ans des dragons !

Merci de m’avoir lu, n’hésitez pas à partager l’article, commenter avec vos opinions si vous étiez là et à me suivre sur Facebook !

Guillaume COEYMANS

Faut qu’on conv’ #3 – Grimoire : Chapitre XII – Une lecture en famille

Bienvenue dans “Faut qu’on conv’ “, les articles sur nos expériences en conventions ludiques ! Vous trouverez ici nos impressions sur les événements de nos confrères joueurs. Bien sûr, cela sera tout à fait subjectif, donc n’hésitez pas à donner vos propres impressions en commentaires 😉

L’avant convention

Grimoire, avant d’être une convention, c’est des joueur-e-s que je vois souvent dans les autres conventions. Il faut dire que leur pull rouge et jaune ne passe pas inaperçu ! (Bien joué les gars) Lorsque je me suis renseigné sur l’édition 2018, ma motivation en a pris un coup : je savais qu’ils avaient des contraintes en lien avec le lieu de la convention, mais être obligé de s’inscrire en avance sur leur site sous peine de se voir refuser l’entrée le jour-J… c’est hardos. Rajoutez à ça une dizaine de tarifs différents et je peux comprendre que la motivation de certains se soit perdue en chemin.

Je n’ai donc trouvé aucun compagnon dragon pour m’accompagner sur ce coup-là et c’est donc une expédition solitaire que j’ai préparée. J’ai voulu proposer une partie en tant que MJ, mais les conditions de partie ne s’y prêtaient pas donc j’y suis allé en tant que joueur exclusivement. Grâce au groupe FB de couchsurfing, j’ai pu être accueilli chez Arnaud, un des orgas. Encore un grand merci à toi poto 😀 (promis la prochaine fois, j’oublie pas les cannelés dans la voiture).

Je suis donc parti à la sortie de mon boulot et 3h de route plus tard, j’arrivais au campus de l’INSA de Toulouse. Les membres de Grimoire était en train de finir les préparatifs et je leur ai donné un petit coup de main. Ça m’a permis non seulement de découvrir les lieux de la convention en avance mais aussi de rencontrer cette joyeuse et très sympathique équipe. Sachant qu’ils allaient être pris par la convention pendant tout le week-end, ce fut très agréable de pouvoir faire leur connaissance sur un moment de détente comme celui-ci. J’ai appris à ce moment que l’association Grimoire est une association étudiante. J’ai également rencontré François (Fan Fan) de l’association “Le Phénix Cadurcien” qui était également logé chez Arnaud (encore un nouveau copaing 😀 ).

Nous sommes allés nous coucher relativement tôt (pour moi en tout cas :p ) car la convention commençait tôt le lendemain.

Samedi : journée

Réveil vers 7h45, une bonne douche et Fan Fan et moi partons pour l’accueil de la convention. Sauf que, comme deux néophytes, nous n’avions pas prévu assez de monnaie ! Nous sommes donc allés faire une petite balade dans le Rangueil proche jusqu’à trouver un distributeur de billets. L’occasion idéale pour faire connaissance et parler de nos conventions respectives : “L’envol du Phénix”, le week-end du 12-13 Mai de mémoire à Cahors et “Les XIXèmes Rencontres Ludiques du Dragon Libournais” du Vendredi 6 au Dimanche 8 Avril à Libourne (30min de Bordeaux – Viendez nombreux !).

De retour à l’accueil avec les sous, nous prenons notre bracelet et recevons le pack de bienvenue. La particularité de Grimoire, c’est que le prix de l’entrée comprend tous les services à l’intérieur de la convention (suivant votre choix de tarif). J’ai pris la totale, donc je ne débourserai plus rien pour la nourriture par exemple.

Pack d’entrée

Nous allons nous poser dans la salle “commune” où sont entreposés tous les jeux de société et le buffet petit-déjeuner. Fan Fan retrouve quelques collègues du Phénix qu’il me présente et notre petit groupe se lance dans un Perudo endiablé. Quelques joueurs et orgas de passage sont contaminés par notre bonne humeur et nous rejoignent. C’est donc après une lutte acharnée avec des joueurs merveilleux que votre serviteur décrochera la victoire (toujours profiter de chaque succès :p ).

Fenouil, une orga, appelle les différents MJ et joueurs, leur indique leurs tables/salles respectives. Il est 10h donc et je pars pour une partie de Warhammer jdr qui durera jusqu’à 18h (le détail des parties est dans une section à part, en fin d’article). Une des spécificités de Grimoire est que la convention se passe dans des bâtiments universitaires, avec les avantages et freins que cela représente. Les parties de jdr se font donc dans des salles de cours, réaménagées pour l’occasion et décorées habilement avec des magnifiques illustrations (bon, les dragons, on a perdu le concours de beauté des panneaux, faut qu’on se rattrape sur autre chose !). Je passe une très agréable partie et mon MJ (Tryl) et un autre joueur deviennent mes compagnons de cabaret pour la soirée.

Petit point sur la restauration journée

Sur les deux jours, chaque table recevait une moitié de quatre-quart et une bouteille de soda. On devait remplir une petite feuille concernant notre préférence concernant le sandwich du midi et l’après-midi, un paquet de chips ainsi qu’une autre bouteille de soda nous étaient apportées. 2 ou 3 fois dans la journée, du café et du thé étaient fournis. Service à table très confort et pas trop présent (cela ne gâchait pas l’immersion). Seul petit reproche : à midi, nous n’avions qu’un sandwich pour le samedi et deux croque-monsieurs pour le dimanche, tous les deux très bons (rien à redire sur la qualité). Je suis un gros mangeur, comme pas mal de rôlistes, et malgré les attentions en cours de journée, cela faisait peu. Je suis donc allé m’informer auprès des organisateurs, qui ont pris du rab pour me faire un second sandwich pour 3€. J’aime bien leur formule tout compris, mais si j’ai envie de faire des excès alimentaires, j’aimerais en avoir la possibilité aussi. Le dimanche je n’ai pas eu ce besoin, car plusieurs joueurs avaient amené leurs propres friandises. Peut-on considérer ça comme un indicateur ? Je laisse le soin aux orgas d’en juger 😉 D’ailleurs allez remplir leur questionnaire de satisfaction en ligne ici, car oui, ils font du bon boulot jusqu’au bout !

Samedi soir : repas, cabaret et partie

Vers 18h30, les orgas nous amènent jusqu’à un nouveau lieu, dont bien entendu je n’ai pas retenu le nom, et qui nous accueillera toute la soirée. Un grand espace unique où sont alignées plusieurs rangées de tables avec une scène sur un côté. Nous prenons place pendant qu’un groupe d’étudiants finit ses balances. Nous avons un petit temps où nous discutons joyeusement, puis un organisateur vient faire les remerciements d’usage et annonce le début du repas. Nous avons eu la chance d’avoir un repas fait intégralement par un traiteur, et ma foi, ce fut fort bon !

Pendant le repas, ce sont enchaînées plusieurs animations, pour la plupart des clubs du campus si je ne me trompe pas. Ont commencé les musiciens du début. La musique était correcte (sans aucun vrai lien avec ce type d’événement cependant) mais le son, notamment des cuivres, étaient trop fort et couvrait les conversations. Des danseurs et danseuses ont suivi et c’était très sympa… la demi-chanson qu’a duré leur prestation. J’avoue que je n’ai pas compris pourquoi ce fut si court. Nous avons ensuite eu une chorale a cappella qui a enchaîné des chansons/thèmes “geek”, c’était vraiment cool ! Surtout que pour finir, les orgas les ont rejoints pour entonner la célébrissime chanson “Mon ancêtre Gurdil” ! Apparemment c’est une tradition de la convention et tout le public a chanté à l’unisson avec la chorale et les orgas. Environ 80 personnes qui chantent à pleins poumons cet hymne de la fantasy, c’est un moment du pur bonheur et de camaraderie !

Pendant la fin du repas a eu lieu la loterie. Bien sûr, fidèle à ma réputation, je n’ai gagné aucun des nombreux prix (Fan Fan, j’aurais dû passer avant toi à l’accueil !). Puis les orgas ont laissé la place aux représentants des différents clubs pour faire des annonces. J’ai donc pu inviter publiquement tous les joueurs présents aux RLDL (si si, je vous jure, il faut venir ! On va bien s’éclater 😉 ).

A la fin du repas, des rideaux ont été mis en place pour offrir des espaces séparés aux différentes tables de la soirée. J’ai donc rejoint mon MJ (Gyro) qui venait juste d’arriver pour une partie de Nobilis. Sans rentrer dans les détails (qui sont en fin d’article), nous avons joué sans feuille de perso et sans le moindre jet de dé (article en lien de ce côté 😉 ). Expérience fort intéressante qui a mis en avant une construction narrative et l’imagination des PJs. Nous avons fini juste avant la fermeture, un peu avant 2h. J’ai rejoint Arnaud et Fan Fan et nous sommes allés glaner quelques heures de repos avant la dernière journée de la convention.

Dimanche

Levé vers 8h30, nouvelle douche (décidément elle est super agréable) et Fan Fan et moi-même sommes de retour dans la salle “commune”. Nous nous trouvons une salle tranquille pour que… je puisse l’interviewer sans être dérangé (à retrouver en fin d’article ! Merci à toi l’ami 😀 ) puis je vais chercher Tristan, trésorier de l’association Grimoire et organisateur de la convention, pour l’interviewer également (toujours au même endroit, suivez bon sang ! Merci aussi à toi 😉 ).

Ensuite, une partie de hannabi et d’un autre jeu dont j’ai perdu le nom viendront enrichir ce début de matinée et me permettre de rencontrer toujours plus de joueurs. A 10h, je repars pour une partie de Fallen, avec Squall pour MJ, une facette du monde des ténèbres que je ne connaissais pas encore (pour l’instant, j’ai joué à vampire et à mage l’ascension). Cette fois-ci, une feuille de perso mais toujours pas un jet de dé ! Équipe de joueurs géniale, ambiance prenante, une grande partie (que je vous incite toujours à retrouver en fin d’article, vi vi vi) ! Fin peu après 17h, je vais donc remercier chaleureusement l’équipe des orgas pour leur accueil, dire au revoir aux nouvelles têtes que j’ai découvertes ici et surtout leur dire à très bientôt ! Je repars de cette 12ème édition de Grimoire avec un grand sourire… (d’un autre côté faut bien, j’ai 3h de route qui m’attendent)

Bilan

Il est content Etienne. Et il reviendra à coup sûr ! Un accueil royal, une équipe d’orgas aux petits oignons pour les festivaliers, une ambiance très cordiale… j’ai vraiment eu l’impression de faire partie d’une grande famille pendant ce week-end, alors que, je le rappelle, je ne connaissais personne lors de mon arrivée.

Il y a vraiment un sentiment de bienveillance qui se dégage et rarement mes parties de jdr ont eu un RP si immersif. J’ai rencontré plein de personnes formidables que je recroiserais en convention avec grand plaisir. Comme aux prochaines Rencontres Ludiques du Dragon Libournais par exemple ! Okay, j’arrête. (mais toutes les infos ici quand même)

J’adresse aussi un immense merci aux MJs et aux joueurs avec lesquels j’ai pu jouer tout le long de la convention. J’ai fait quelques conventions ces derniers mois dont je suis ressorti avec un avis mitigé quant à mes expériences ludiques, et ça n’a clairement pas été le cas là !

Afin d’être honnête, si je devais énoncer quelques points d’amélioration, il y a le repas du midi : soit le rendre plus conséquent, soit prévoir que les festivaliers puissent débourser un peu plus pour avoir plus de nourriture. La salle du cabaret, très agréable et pratique pour manger et les spectacles, l’est beaucoup moins pour installer des tables de jdr en nombre, il y a beaucoup de bruit. Et c’est tout, vous êtes trop bons les gars !

– – – – – – – – – – –

Les parties de jdr du week end

Warhammer :

Warhammer est un univers que j’affectionne particulièrement. Je m’en suis en partie inspiré pour mon propre jeu (Terres d’Arall powaaaaa) et il s’en dégage une noirceur malicieuse et délicieuse. Pour cette partie, nous incarnions des personnages qui avaient à escorter une sorcière sous les ordres d’un répurgateur afin d’aller l’exorciser. Nous accompagnaient dans ce joyeux voyage un prêtre de Sigmar et quelques bandits de grand chemin. Le MJ a très bien installé l’ambiance et le scénario. Nous avons pu bien nous immerger et nous prendre au jeu. Mention spéciale pour les feuilles de perso avec l’illustration des persos, c’était très beau et nous a permis de leur définir un background très facilement. Seule (toute petite) déception, les ennemis à affronter : des loups, des zombies, des rats et des squelettes. Connaissant le lore de Warhammer, j’espérais des ennemis plus spécifiques et puissants. Mais bon la malchance du groupe a été notre plus grand adversaire… 3 échecs critiques d’affilée… sur du d100… juste pour les PJs… nos alliés ont monté ce chiffre à 5… le tout dans le même tour… je vous jure.

Nobilis :

Dans notre univers, les joueurs sont des nobilis, des humains à qui les Impérators (l’équivalent de dieux) ont cédé une partie de leur puissance, et donc une maîtrise plus ou moins importante de leur Domaine. Notre MJ nous a laissé le choix du Domaine que nous allions utiliser. Après plusieurs idées (la technologie, la confiance…) j’ai opté pour la Chance (oui je sais, c’est cheaté). J’étais accompagné par le nobilis des peluches (vous ne voulez pas vous retrouver devant peluchzilla…), celui des changements d’états (et boum ! La météorite est devenue gazeuse !), celui des jeux de rôles (on a eu Chewie et Han Solo dans le Faucon Millenium, le Balrog, l’anneau unique…), et enfin celui du Froid (classique, toujours à refroidir l’ambiance…). Pour rappel, nous avons joué sans feuille de perso et sans jeter le moindre dé : que du RP. C’est un jeu défouloir où la puissance de nos persos est juste démesurée. Il y a très peu de choses qu’une équipe de nobilis ne puisse pas faire. Très bon sur du one-shot, donc en convention, par contre, j’avoue avoir des doutes sur la viabilité d’une campagne. Dans tout les cas, bravo au MJ d’avoir improvisé sur nos bêtises malgré son état de fatigue, et big up à tous mes compères nobilis pour votre imagination débordante !

Fallen :

Ma meilleure partie du week-end. Et c’est vous dire à quel point c’était bon au vu des parties faites avant ! Dans cette vision du monde des ténèbres, les démons ne se considèrent pas en tant que tels (n’est-ce pas sire Perceval ?) mais en tant qu’ange déchu. La différence ? Ils ne sont pas mauvais ni malfaisants. Ils optent juste pour des méthodes différentes des méthodes divines et ont été punis pour cela. Dans cette partie, nous étions dans une petite ville anglaise au début de l’année 1918. C’est donc sur un contexte de fin de la Grande Guerre que nos personnages ont évolué. Mon personnage, très en lien avec la nature, a été le créateur de… la patate ! Oui, au vu du contexte, cela me paraissait une très bonne idée ! Et vu mes aptitudes, je faisais des patates… spéciales : patates de soins ; patates hypnotiques, patates aphrodisiaques… bref. Une excellente immersion avec pour point d’orgue l’affrontement entre un ange armé de l’épée de Michel ainsi que son bouclier contre une vampire de génération 4 et au final me voir accorder le pardon divin alors que je souhaitais retourner dans les Limbes infernales… je vous laisse imaginer à quel point cette partie a été géniale. Un immense bravo à Squall pour son meujeutage, et aux joueurs pour la prise en compte de leur background.

– – – – – – – – – – – –

Interview d’un festivalier (Fan Fan)

E.C. : Salut ami rôliste ! Quels sont tes carac, tes compétences et ton background ?

Fan Fan : Mes carac ? J’ai 37 ans, je suis marié à une non-geek et j’ai une petite fille de 18 mois (félicitations !) et je fais du jeu de rôles depuis une dizaine d’années. Je masteurise que très peu parce que je suis assez exigent quand à la qualité des tables, donc j’essaye de mener bien quand je mène. Mes compétences ah bah voilà : dans la vraie vie je suis infirmier en psy donc quand je fais des tables j’essaye de faire des tables assez tordues avec des personnages qui souffrent psychologiquement. Je suis aussi le vice-président de la MJC qui accueille mon club de jeux de rôles qui est le “Phénix Cadurcien” – il fallait que je le place quand même- à Cahors dans le Lot.

E.C. : Quel est ton expérience à Grimoire ?

Fan Fan : Bah c’est ma troisième fois que je viens, ça résume assez bien mon expérience de Grimoire.

E.C. : Si tu devais donner 3 points forts et 3 points faibles à la convention, ça serait lesquels ?

Fan Fan : Trois points forts ? Leur cabaret, parce que c’est vraiment un moment où les geeks se retrouvent pour vraiment déconner ensemble et pas juste être autour d’une table ou d’un jeu de société, vraiment à discuter, à faire connaissance, et je trouve que c’est bien aussi quand une communauté prend le temps de se découvrir entre membres. Les bénévoles, une qualité d’accueil, d’envie que le festivalier soit bien, ça infuse dans chacun des bénévoles qui viennent d’arriver ou qui sont là depuis très longtemps. Et après la quantité de sponsors et de cadeaux, on sent qu’une fois qu’on a payé notre droit d’entrée, y’a vraiment une envie de nous choyer : éco-cup, dé, tombola… Voilà, le prix d’entrée peut faire un peu peur mais en fait derrière y’a un vrai service de qualité. Et donc pour les trois points faibles… Pardon Grimoire si vous entendez ce podcast. La complexité pour participer à Grimoire : il faut s’inscrire en avance, peu de temps avant l’événement on peut plus s’inscrire donc il faut vraiment anticiper le truc. Ils y sont pour rien mais quand même. Les espaces, plus ça va et plus j’ai l’impression qu’ils sont un peu malmenés par leur fac donc là où il y avait une qualité de plusieurs salles et de plusieurs fonctions, on se retrouve à roller dans la salle du cabaret ce qui est un peu déplaisant. Le troisième défaut… y’en a pas en fait, j’en ai trouvé que deux.

E.C. : Si tu avais un message pour les orgas, ça serait lequel ?

Fan Fan : Bah déjà merci beaucoup ! Ça c’est évident. Et puis si vous êtes en manque de bénévolat, venez en faire à l’Envol [du Phénix] ah ah ah ! Non vraiment un grand merci, parce que je sais ce que c’est d’être bénévole et ils sont fantastiques.

E.C. : Quel est ton meilleur souvenir de Grimoire ?

Fan Fan : Ah bah ça c’est pas compliqué ! Première édition, table du samedi après-midi, un MJ qui nous a proposé son univers où on était des chevaucheurs de condors géants, qui vivions dans une cité dans les nuages et le scénario est passé d’une course folle à dos de griffons au milieu d’une cité à une grande bataille avec des milliards de soldats. Il a réussi à adapter son système pour que chacun d’entre-nous soit un commandant de section dans une grande bataille épique pour finir sur un porte-monstre-donjon mais en mode fu-fu super sympa avec un dilemme psychologique vers la fin et il incarnait ses personnages d’une façon extraordinaire et ça reste mon meilleur souvenir.

E.C. : Merci à toi !

Fan Fan : Merci.

Interview d’un organisateur (Tristan)

E.C. : Peux-tu te présenter s’il te plait ?

Tristan : Je m’appelle Tristan Thebault, je suis organisateur de Grimoire en tant que trésorier de notamment.

E.C. : Quel est le “plus” de Grimoire ? Qu’est-ce qui en fait la saveur ?

Tristan : D’aucun diront que c’est le cabaret qui fait toute la saveur de Grimoire, ce à quoi je répondrais oui, mais principalement le fait que ce soit organisé par des étudiants

E.C. : Si tu devais décrire le public de Grimoire en 3 mots ?

Tristan : Passionné, bizarre et intéressant. Sympa, super cool, je sais pas comment dire… chaleureux !

E.C. : Si tu devais adresser un message aux festivaliers, ça serait lequel ?

Tristan : C’était super cool de vous avoir encore cette année, et franchement on espère pouvoir remettre ça l’année prochaine, en espérant vous y revoir.

E.C. : Du coup très bonne transition, quels sont les projets pour l’avenir de Grimoire ? Comment tu le vois l’année prochaine, dans 2 ans, dans 3 ans, dans 5 ans ?

Tristan : Alors, comme chaque année on va essayer de faire des décors, de faire du craft et de changer un peu le format, parce que nous on peut plus tenir à cause de la sécurité et les trucs comme ça, sur le plan administratif. Après on va essayer de remotiver l’équipe pour pouvoir être plus impliqué. En fait c’est dur de voir l’année prochaine quand c’est toujours pas fini, mais on veut essayer de l’étendre au vendredi soir, ça a été discuté et on veut voir ce que ça donne.

Faut Qu’on Conv’ HS #1

FQC hors série aujourd’hui car on ne revient pas sur une convention pure et dure mais sur le concert anniversaire des 15 ans du Naheulband !

Une occasion unique :

Cela faisait un moment que je voulais voir le Naheulband. Comme je l’ai évoqué ICI Naheulbeuk et sa bande ont bien marqué ma jeunesse. J’avais toujours raté l’occasion de les voir en concert, du coup, quand j’ai appris qu’ils passaient près de chez moi pour leur 15 ans, comme on dit : instabuy.

Il faut dire qu’ils tournent assez peu, de mémoire je dirai un à deux concerts par an environ.

Mais attendez… Je vous parle du Naheulband, mais vous connaissez au moins ? Bon je vais faire un récap’ rapide : en gros le Donjon de Naheulbeuk est une saga MP3 crée par John Lang, musicien de son état. Autour de sa saga, il a créé tout un univers musical avec son groupe, le Naheulband. En plus des quatre albums studio il a sorti un tas de “bonus” autour de l’univers de la série.

Pour plus d’infos je vous conseille simplement d’explorer son site, qui est une mine d’infos et de contenus, dont notamment un JDR (on y revient 😉 ).

Après cette intro, direction donc le Trianon, où une soirée d’animation et de concerts est prévue avec notamment Magoyond et le Neko Light Orchestra.

Arrivés sur place, il y a du monde ! Le concert est Sold Out, ce qui représente près de 1100 fans ! L’ambiance y est chaleureuse, un duo de musique traditionnelle arpente le hall pour agrémenter l’ambiance. Quelques stands sont présents, principalement des goodies Naheulbeuk et le Bazar de Fangh. Honnêtement c’est un peu pauvre…

Direction la salle pour prendre un peu la température et là on a droit à des cours de danse de bal a l’échelle de toute la salle ! C’était plutôt chouette. Si on excepte les problèmes de son, qui seront malheureusement réguliers ….

Mais pas le temps de niaiser, on se pose aux balcons du premier étage pour la première partie Magoyond :

Magoyond : Zombie or not Zombie ?

Je ne connaissais pas ce groupe, mais j’ai de suite été enchanté ! Ils se présentent comme faisant du “rock alternatif zombie”. Corpse paint et costumes baroques au programme. Mais ce qui frappe c’est surtout l’ambiance lourde et poisseuse qui est mise en place. Sans pour autant être glauque ou malsaine, on est dans la “mort joyeuse” à la Tim Burton, c’est exactement le même type d’univers. Leurs titres auraient fait une belle BO pour les Noces Funèbres, Beetlejuice ou L’étrange Noël de Mr Jack (oui je sais c’est pas Burton, mais ça relève du même univers).

Du coup la salle chauffe bien et l’ambiance est au rendez-vous. Vraiment une découverte sympa, mais je vous laisse vous faire votre idée, avec ce morceau qui n’est pas le plus péchu, mais celui qui m’a le plus marqué :

Naheulband !

Première réaction : what ? Naheulband pas en tête d’affiche de son concert anniversaire des 15 ans ? Ce qui signifie pas de rappels, pas de bonus, pas de “on joue jusqu’à 1h du mat” !

Clairement c’est une déception … D’autant que j’aime bien les Neko, mais bon c’est pas non plus ma came. Surtout quand je vais voir les 15 ans du Naheulband !

Du coup je suis un peu étonné. Mais bon le set commence.

Et là c’est la claque continue qui commence ! Je connais mal les derniers albums mais toutes les chansons sont reprises par le public. Le groupe enchaine parfaitement chanson “fun”, dynamiques”, “douces” et les intermèdes comiques. On a même deux anciens membres qui sont revenus pour l’occasion.

Mentions spéciales pour :

  • Les souliers de Lady Fae, toujours aussi magnifique
  • Mon Ancêtre Gurdil et Troll Farceur Elfe Farci version métal
  • La Marche Barbare, tellement tonitruante et puissante.
  • La Déprime (reprise rallongée de François Pérusse)

Vidéo prise par mes soins, pas terrible mais ça donne bien une idée de l’ambiance 🙂

On notera quelques petits soucis de son (comme évoqué plus haut) et des instruments qui ont souffert de la température (il faisait très chaud dans la salle). Mais surtout par le planning, on a senti une fois ou deux le groupe un peu pressé ! Mince quoi c’était leur anniversaire, un concert attendu depuis longtemps par beaucoup… Quel dommage !

Mais sur les points positifs on notera : la communion avec le public qui était totale, le groupe prenait clairement son pied ! Et ça, ça fait plaisir à voir. On les sentait aussi heureux que nous d’être là. Les blagues et sketchs marchaient très bien car elles semblaient naturelles.

La setlist était vraiment géniale, j’aurais juste ajouté la Bataille de Zoug Amag Zlong, mais c’est personnel 🙂

Tout ça pour dire que c’était vraiment un des meilleurs concerts que j’ai vu depuis looooongtemps (et j’en ai écumé !). C’est en grande partie dû à la charge émotionnelle du concert, avec un groupe qui m’accompagne depuis presque 15 ans aussi.

Neko Light … Ou pas :

Je ne jugerai pas leur set, qui à mon avis était très bon. Seulement c’est un groupe que j’ai déjà eu l’occasion de voir, et si j’apprécie leur technique et leur registre, l’ensemble ne m’a jamais beaucoup marqué.

Et passer après le Naheulband pour leurs 15 ans (je le répète) n’était pas un bon moment pour me donner envie de voir le groupe. Aussi j’ai regagné mes pénates. Vraiment, ce running order est incompréhensible …

Au final une très belle soirée ! On aurait clairement voulu y trouver plus de stands, une technique un peu meilleure et un running order plus cohérent. Mais le plaisir y était et ce fut vraiment un immense plaisir d’en être ce soir là ! Merci à toute l’orga d’avoir permis cette soirée dans cette superbe salle du Trianon !

Guillaume COEYMANS

Faut qu’on conv’ #3 : Le Salon Fantastique – L’anti Paris Games Week

Aujourd’hui, je vous raconte le Salon Fantastique ! Un salon dédié aux cultures de l’imaginaire sur Paris, en même temps que la Paris Games Week, perso, mon choix est fait 🙂

Préambule :

Le Salon Fantastique est d’une autre ampleur que les autres conventions dont on a pu parler jusque là et du coup l’approche sera forcément différente que pour la conv’ familiale et locale.

Ensuite, pour ceux qui ne me connaissent pas, j’ai travaillé longtemps pour l’organisation d’évènements de ce type en région bordelaise aussi mon point de vue sera forcément biaisé par mon expérience 🙂 Mais je pense que ça vous apportera un regard plutôt différent de ce que vous avez l’habitude de lire !

Le Salon qui fait du bien :

Pour une première convention dans la capitale, me voilà parti armé de mon billet dans les dédales du métro et la grisaille parisienne jusqu’à l’espace Champerret dans le 17°.

Le lieu est plutôt sympa, moderne, grand (pas assez mais on en reparle plus tard) et une bonne ambiance règne. Ce qui me frappe tout de suite c’est l’abondance de boutiques. Au début un peu circonspect car c’est pour moi un des gros défauts des évènements de cette ampleur. On trouve généralement un tas de boutiques vendant mugs, T-shirts et autres porte clés “geeks” de qualité médiocre et hors de prix. C’est un peu le niveau 0 de la créativité et de la culture geek (on en reparlera un jour 😉 )

Mais pas ici ! A vue de nez une centaine de boutiques et de stands, essentiellement des créateurs, artisans et éditeurs. C’est un vrai rafraichissement que de voir autant de bonne volonté, de créativité et de fraicheur.

Vue du Salon

Le salon est plutôt orienté fantastique et med-fan qui ne sont pas forcément les univers qui me parlent le plus mais le simple plaisir de retrouver la force créatrice de la culture geek me ravit énormément.

Dans ce vent de fraîcheur je prend plaisir à flâner dans les allées, de l’artisan du cuir à la bière artisanale en passant par les origamis vernis, il y en a pour tout le monde ! Notons aussi le bel espace dédié aux activités physiques, du GN, de l’escrime, etc, toujours quelque chose à voir sur place.

J’ai voulu m’approcher de l’espace conférence pour suivre quelques interventions qui m’avaient l’air très intéressantes. Et là, les choses se gâtent, l’espace en lui même n’en est pas vraiment un, plutôt un espace dégagé avec un bureau et une cinquantaine de chaises. Vous devriez déjà voir venir le souci : le salon étant assez densément peuplé, suivre une conférence était déjà compliqué dans le bruit et le passage ambiants (sans compter l’absence d’écran, obligeant à projeter les supports sur le mur latéral). Mais surtout l’espace était clairement insuffisant du coup je n’ai pas pu assister à une seule conférence … C’est bien dommage !

Pour finir sur les stands : gros big up aux agriculteurs proposant des cookies et autres pâtisseries médiévales, c’était gavé bon #TeamChocolatine !

Ensuite niveau ludique, je m’étais réservé mon dimanche pour participer a des démonstrations, de J2S et de JDR, car beaucoup de tables étaient disponibles et pas mal de stands de démonstration aussi. Du coup, grosse envie de faire le tour de tout ça. Mais la malchance frappa et suite à des contingences imprévues je ne pus me rendre sur le festival qu’en milieu d’après midi, le festival fermant ses portes à 18h, ce fut trop bref pour tenter quoique ce soit.

Je soulignerai simplement la présence de beaucoup d’associations de passionnés, avec beaucoup de jeux variés, ce qui fait super plaisir à voir. Étaient aussi présents beaucoup d’éditeurs, ce qui est toujours source de belles rencontres. Je note aussi les superbes cosplays que j’ai pu croiser (mentions spéciales aux crinolines dans les allées étroites).

Le coup de cœur : Star Marx

Au détour d’une allée, une pile de livres rouges m’attire et à coté de cette pile, trois énergumènes avec des casquettes de l’URSS. Il s’agit ni plus ni moins que de “Star Marx – Le Soviet des Étoiles” par Maximilien et La Moitié aux Editions Leha. Mais qu’est-ce que c’est donc ? Il s’agit à la base d’un jeu de rôle amateur partant du principe simple : l’URSS a gagné la course à l’espace.

Jeu de rôle déjanté à l’univers barré, je l’ai découvert peu avant le Salon Fantastique par hasard, et je découvre sur place que les Editions Leha éditent un “Guide de Voyage de l’Aventurier des Mondes Imaginaires” pour présenter son univers. Illustré par David Cochard c’est un ouvrage court mais très drôle et une mine d’or d’inspirations et de fun.

Je vous conseille donc de mettre la main sur cette ouvrage et sur le JDR Star Marx. Merci aux auteurs pour cette super dédicace !

Autographe SM

Ce message a été approuvé par le Politburo

Conclusion :

Le Salon Fantastique est donc une super découverte, qui a le parti pris rare de remettre la création au centre de son ADN et c’est un vrai vent de fraicheur. A des années lumières des conventions et festivals plus proches d’un supermarché que d’une réunion de passioné-es.

Le Salon souffre de quelques défauts encore, un espace un peu trop étriqué (qui semble être résolu pour l’an prochain) et des conférences difficilement accessibles. Je noterai aussi les quelques stands de goodies et fruits secs (??) qui étaient quand même présents, bien que largement minoritaires.

Je vous conseille donc fortement d’aller visiter ce Salon dès que vous en avez l’occasion ! Enfin un gros merci à Emma pour son boulot ce week-end 😉

Merci de m’avoir lu et pensez à partager cet article au max !

Guillaume COEYMANS

Faut qu’on conv’ #2 – Et yo oh oh ! Pour les Chroniques de Terres d’Ouest !

Bienvenue dans “Faut qu’on conv’ “, les articles sur nos expériences en conventions ludiques ! Vous trouverez ici nos impressions sur les événements de nos confrères joueurs. Aujourd’hui, retour sur les Chroniques de Terres d’Ouest : Chapitre 7, le 7ème pirate. Bien sûr, cela sera tout à fait subjectif, donc n’hésitez pas à donner vos propres impressions en commentaires 😉

Vendredi

Cette fois-ci, départ en solo vers le grand inconnu : ma première fois à Tarbes pour cette convention ! Après trois heures de route, je m’installe rapidement à l’hôtel que j’ai réservé. J’apprendrai plus tard que les organisateurs ont appris le jour même qu’ils n’avaient pas accès au bâtiment réservé comme dortoir commun, pas de chance pour eux.

La convention démarre à 17h30, j’y arrive vers 18h15. Encore en voiture, je suis accueilli par des bénévoles qui m’indiquent où me garer. La convention dédiée aux jeux de rôles a lieu dans un ancien bâtiment qui, je l’apprendrai plus tard, accueille désormais des événements et est prêté par la mairie de Tarbes. Les efforts de décoration sont visibles, premier bon point. Le lieu est spacieux, à l’intérieur comme à l’extérieur, deuxième bon point, les choses commencent bien ! Pour couronner ce bon départ, un pack de bienvenue est offert lors de l’inscription à l’accueil : l’écocup de cette édition, un critérium, un stylo, quelques objets publicitaires et un dé-gomme.

Avant d’attaquer le pack de bières, voici le pack de bienvenue !

La convention a choisi de réserver l’inscription des Mjs (et donc des joueurs) sur place, pendant la convention elle-même. A titre personnel, je trouve ce procédé risqué (à raison comme on le verra plus tard), mais cela a globalement bien fonctionné tout le weekend.

Lors de mon arrivée, il y a une quinzaine de personnes, organisateurs compris. Pas de stand en vue, en dehors de l’accueil et la buvette. Mis à part Petit Coeur, le célèbre président de l’association “Terres d’Ouest”, les autres bénévoles ne font pas d’accueil de public et se contentent de discuter entre eux, assis derrière leurs stands. C’est dommage. Refusant de passer trois heures dans mon coin en attendant le début de ma partie, je vais à la rencontre d’autres rôlistes et engage la conversation. Je passe un moment convivial dans la bonne humeur (coucou Benjamin et Eudes ! 😀 ). Les parties sont affichées, et pour faire honneur au thème de cette année (Le 7ème pirate), je m’inscris sur Pavillon Noir. Pour voir le résumé des parties de ce week-end, rendez-vous en fin d’article 😉 La partie se termine à… 6h30 ! Épuisé je rentre à l’hôtel en sachant que je devrais me lever très peu de temps après.

Point repas

Je vais ici m’attarder sur l’ensemble de la restauration pendant la convention. Au niveau des prix, je n’ai rien à redire, ils sont corrects pour une convention. La carte nous pousse à réserver les repas chauds : trois différents, le vendredi soir, le samedi soir et le dimanche midi. Les repas chauds sont bons, le système des tickets pour l’ordre de passage est efficace. Il y a également un choix correct de boissons et de snacks. Le café était offert tout le week-end, très bon point (même si moi-même je n’en bois pas).

la buvette et le stand “goodies”

En revanche, je trouve le choix de sandwiches pauvre : seulement 3 sandwiches basiques (un pâté ; un jambon beurre avec option fromage râpé/cornichon ; et un brie avec option salade). Le rôliste mange, c’est un fait. Mange beaucoup pour nombre d’entre-nous. Et lorsqu’on est présent sur deux nuits et deux jours, cela fait peu. Il y a également une section salade, composée de carottes râpées et de taboulé, qui, a mon sens, ne sont pas des salades.

En dehors des moments de repas, des bénévoles passaient aux tables pour prendre les commandes des joueurs. Je suis partagé sur ce point là. D’un côté, proposer un service à table est une attention qui fait plaisir et peut être très pratique. De l’autre, plusieurs joueurs avec lesquels j’ai discuté m’ont dit que cela brisait l’immersion de la partie, et je suis plutôt d’accord avec eux. D’autant plus que le passage des bénévoles se faisait environ toutes les heures. Au bout d’un moment, cela m’a donné une légère impression de vente forcée (dire 3, 4 fois non de suite, c’est dérangeant).

Samedi

Après environ 2h30 de sommeil, me voici de retour aux chroniques de Terres d’Ouest ! J’apprends que le cumulus des douches a lâché… je suis content d’avoir pris l’hôtel ! Je m’inscris à la table de SteamShadows. Je m’aperçois que deux stands sont en train de s’installer : la Loutre rôliste et WonderLandes. La bourse aux livres de jdr se lance bien aussi. Je passe donc la matinée à discuter joyeusement et à inspecter l’offre des stands (je fais mon achat habituel au stand de la Loutre).

Il y a plus de monde que la veille, on montera jusqu’à 90 environ ce jour-là. Des têtes connus apparaissent, dans le désordre : Luna, Forgie, Emilien, Alexis, Alexia, Olivier… J’essaye de comptabiliser les assos présentes et repère : Terres d’Ouest et la Guilde Alpha (les orgas… normal quoi !), les Ailes de Némésis (qui viendront animer les prochaines Rencontres Ludiques de Dragon Libournais – 6 au 8 Avril 2017 – Viendez tous !), Troll Me Tender, Grabuge, le Phénix Cadurcien, Grimoire, entre autres…

Le round 2 se passe et je vais m’inscrire pour la partie du soir, mais… comme dit plus haut, les inscriptions le jour-J c’est risqué, votre serviteur et plusieurs autres joueurs se retrouvent sans table, toutes les places étant déjà réservées ! Heureusement, un joueur passant par là constate le problème et propose d’improviser une partie. Nous sommes sauvés ! Une fois inscrit, je me laisse tenter par une démo du jeu “Welcome to the dungeon” proposé par le stand de WonderLandes. Très bonne découverte, au point que je vais l’acheter le lendemain.

Après le repas, je fais un aller-retour à la gare de Tarbes pour aller chercher mon compatriote dragon libournais et frère de convention, j’ai nommé Polo (il bossait jusque dans l’après-midi du samedi et ne pouvait donc pas être là avant… le pauvre). Il s’inscrit et nous nous lançons directement dans le troisième round. Fin de partie vers 2h30 (avant le changement d’heure, présent cette nuit là). Nous allons donc dormir convenablement cette nuit pour attaquer la dernière journée.

Dimanche

Aujourd’hui, tournoi de zombicide le matin (auquel je n’ai pas participé) et concours d’improvisaiton pour les MJs l’après-midi (timing : 13h à 16h). Avec quelques amis, nous faisons quelques parties de “Welcome to the dungeon” avant que je ne les quitte pour aller interviewer Petit Coeur, puis Benjamin – un joueur rencontré vendredi (retrouvez ces interviews en fin d’article).

Le dernier round se lance et se termine dans la bonne humeur. On nous prie de quitter la salle principale le temps de l’installation pour la remise des lots. Dehors tout le monde raconte la partie qu’il vient de vivre, et il est facile de comprendre que l’exercice a été un succès franc dans la plupart les cas.

Nous rentrons et la remise de lots commence. Il y a eu une très bonne ambiance, des rires, des cris (sérieux, les gars de Grabuge, vous êtes bruyants :p ). Petit bémol, 15 récompenses MJs + 15 récompenses joueurs + les récompenses zombicides + récompense de l’impro… ça fait long tout ça ! Surtout que je n’ai vraiment compris comment le classement était établi. Nous devions noter les MJs sur différents critères pour un total de 100 points et réciproquement. Était-ce la moyenne du week-end qui était prise en compte ? La meilleure des notes ? Pourquoi faire plusieurs critères s’ils ne sont pas différenciés lors du classement final ? Bref, un peu confus pour moi, beaucoup de questions, mais le moment a été quand même très agréable. Et bonne idée de laisser un espace de paroles à ce moment pour faire un peu de pub !

La convention se termine, on fait le tour des “au revoir” et c’est reparti pour trois heures de route.

Bilan

C’était fort agréable ! J’ai globalement passé de bonnes parties, l’organisation (malgré les imprévus qu’ils ont dû affronter) a bien fonctionné et l’ambiance était très conviviale. J’ai fait de chouettes rencontres et découvertes. Le rhum a coulé à flots et les navires ont coulé tout court.

Quelques petits points d’amélioration de mon point de vue :

  • la restauration : proposer plus de choix en dehors des repas chauds et repenser le service à table.
  • L’accueil : un grand, un immense, un gigantesque bravo à Petit Coeur qui a couru dans tous les sens tout le long de la convention tout en discutant avec le sourire avec les festivaliers. Malheureusement, ce fut un peu le seul des organisateurs à le faire. Tout en restant polis, la plupart des bénévoles n’étaient pas très chaleureux et ne les voyant que dans le cadre de la buvette ou de leur stand “goodies”, cela donnait un côté très commercial, une sorte de rapport de vendeur à client. Je pense que ce genre de festival n’a pas pour but premier d’être rentable (même si ça aide, hein, on va pas se mentir :p ) et il est donc dommage d’avoir ce type de rapport.
  • Raccourcir la remise des prix et la rendre un poil plus vivante.

Spoiler de l’interview : même sans l’annonce de refonte de format de cette convention, je serais revenu avec grand plaisir l’année prochaine. C’est une réunion de plus ou moins vieux copains qui partagent volontiers de bons moments ensemble. Et c’est le principal d’une convention.

Second, on part immédiatement ! Notre navire le “Faut qu’on conv'” part tout de suite pour sa nouvelle destination : direction le Salon Fantastique ! Une part supplémentaire pour tout le monde si on arrive sous dix jours !

– – – – – – – – – – – – – – – –

Les 4 parties de jdr du week-end

Pavillon Noir

La partie qui a le plus collé au thème de la convention (pour rappel, le 7ème pirate). J’ai donc été capitaine du Traqueur des Mers (le nom n’a pas fait l’unanimité dans l’équipage, mais osef, j’suis le capitaine). Nous avons été mandatés par le conseil des amiraux pour ramener l’un des leurs pour être jugé. Et cet amiral n’était autre que… Edward Teach, Barbe motherfucking Noire en personne ! Comment vous dire que l’équipage a été moyennement ravi. Le jeu Pavillon Noir a un réel soucis du détail et notre meneuse de jeu est une vraie passionnée de la piraterie. C’est donc dans de très bonnes conditions que s’est déroulée cette partie.

A un détail près : un des joueurs présents avait, à mon sens (et à celui de certains autres il m’a semblé) un comportement hors du jeu très déplaisant. L’un de mes camarades de jeu a eu droit à “Non mais en fait tu n’as que des idées de merde.” pour ne donner qu’un exemple. Je ne vais pas lancer le débat ni faire un procès à cette personne, mais juste faire une remarque personnelle : ce genre de comportement peut ruiner une expérience de jeu et c’est principalement le rôle du meneur de contenir ces excès.

Cela dit, je referais une partie de Pavillon Noir en compagnie de cette meneuse et le reste du groupe avec grand plaisir !

SteamShadows par Nightwish

Dans un monde dystopique à fond steampunk, les joueurs sont amenés à cotoyer les ténèbres. J’ai eu la chance de recroiser Nightwish comme MJ, lequel m’avait déjà masteurisé One% lors de RPGers (lire le “Faut qu’on conv’ #1” ici ). L’Univers m’intéressait, le MJ était plus que compétent, les joueurs motivés, toutes les conditions étaient réunies pour une bonne séance.

Seulement l’alchimie n’a pas eu lieu. Je ne saurais vraiment expliquer pourquoi. La seule chose que j’ai noté était un scénario plat. Le rythme était pourtant plutôt bon, les joueurs prenaient des initiatives, le RP plutôt bon… Ma fatigue a dû jouer sur mon ressenti (2h30 de sommeil, rappelez-vous).

Le jdr “bac à sable” par Gaël

Nommé ainsi par notre MJ, j’ai pas mieux. C’est la partie improvisée par notre MJ qui a eu pitié de nous autres joueurs sans table (merci encore m’sieur!). Pourquoi “bac à sable” ? Parce qu’il a repris une situation dans une unité de lieu et de temps où beaucoup de choses se passaient en simultanée. C’était donc en fonction des actions des joueurs que l’aventure a évolué.

Presque aucun jet de dé (aucun pour moi-même) que du RP donc. Et cela a vraiment bien fonctionné ! J’ai choisi de jouer un jeune youtuber dans un scénario de fin du monde/apocalypse, et c’était super. Beaucoup de questions qui n’ont trouvé de réponses qu’à la fin, une descente aux enfers bien rythmée, une bonne dose de pression… très bonne partie en somme !

Concours d’impro

Dernière partie du week-end, et tout aussi géniale que celle de la veille au soir. Un système simple d’utilisation qui nous a permis en tant que joueurs de concevoir très rapidement et de façon efficace nos personnages.

La contrainte donnée par le MJ étant d’avoir des personnages qui ont été condamnés à mort, nous nous sommes retrouvés avec un chef de secte (loué soit l’arbre suprême ! Et pensez à faire votre air-jardinage quotidien !), un trafiquant en TOUT-genre, vraiment… un mercenaire qui s’est fait balancer par ses anciens potes, et moi-même en terroriste écolo. Vous la sentez la bonne partie à venir ?

En bref, du bon RP, de bons délires, de l’action bien dosée, une impro bien tenue par notre MJ… que du bonheur !

Interview de Petit Coeur

E.C. : On a entendu parler du mystérieux président de Terres d’Ouest… tu peux le présenter ?

P.C. : Je suis Alexandre Lopez, aka Petit Coeur, président fondateur de l’association Terres d’Ouest qui vient de fêter ses 10 ans.

E.C. : On a déjà huit chapitres de Terres d’Ouest, que penses-tu du chemin que vous avez parcouru ?

P.C. : Comme tout organisateur on est content d’en être arrivé là, parce que le milieu des conventions n’est pas toujours évident. On a des modèles de grands frères tout autour de nous qui perdurent chaque année et qui nous donne envie à nous de continuer aussi. Faire une convention ce n’est pas évident, mais le visage content des gens à chaque fois c’est du pur bonheur.

E.C. : Si tu devais adresser un message au public de Terres d’Ouest, ça serait lequel ?

P.C. : Je vous aime.

E.C. : C’est beau. Quel est ton meilleur souvenir pour Terres d’Ouest ?

P.C. : La création de l’association, parce que depuis je suis toujours dans ce meilleur souvenir. Depuis que l’asso a été créée, c’est vraiment chouette. C’est pas une tartine de bisounours, l’asso s’est créée sur un coup de tête avec des passionnés et beaucoup de gens nous ont rejoint depuis. On a de la chance d’avoir une asso très vivante, très participative, qui se bouge beaucoup, qui joue beaucoup, qui fait beaucoup de choses ensemble, donc ouais, c’est vraiment chouette.

E.C. : Quel est le futur réservé aux prochains chapitres de Terres d’Ouest ?

P.C : Alors ça va être une petite surprise, puisqu’il faut savoir que beaucoup d’événements, n’étant pas tous de notre ressort, vont nous obliger à faire une refonte. Et donc spoiler, je vous le dit en avant première à vous, nous allons être obligés de faire une refonte totale de notre convention. Ce qui veut donc dire que ce chapitre là est le dernier de ce livre, et les chroniques des Terres d’Ouest démarreront l’année prochaine sur un nouveau livre.

E.C : Un deuxième tome ?

P.C. : Un deuxième tome avec on l’espère, toujours autant de choses à vous proposer, de surprises agréables. Mais quoiqu’il arrive, une refonte totale de la convention.

E.C : Je te remercie !

P.C. : Moi aussi et merci d’être venu.

Interview de Benjamin

E.C. : Ami rôliste, quel est ton background ?

Benjamin : Alors moi je crois que ça va faire quatre que j’ai commencé le jeu de rôles à peu près. J’ai commencé sur le système générique GURPS, et après avec les différentes conventions, les différents MJs, j’ai pu tester d’autres systèmes. Niveau conventions, j’en fais pas mal normalement, à peu près 3 ou 4 par an : l’Envol du Phénix de Cahors qui était plutôt pas mal, y’a Terres d’Ouest, là où on est actuellement aussi, l’Envol du Dragon à Montpellier, et y’avait une autre convention à Marseille mais j’ai oublié le nom.

E.C. : En 3 mots chacun, tu peux me donner 3 points forts et 3 points faibles pour Terres d’Ouest ?

Benjamin : Moi j’aime bien les petits tickets pour la bouffe. C’est pas mal parce qu’en organisation, ça aide les organisateurs à ne pas gérer de l’argent. En plus ils passent sur les tables pour proposer à manger tout le long, donc c’est vraiment pas mal. Le lieu est plutôt sympa, on est tranquille on est à l’extérieur de la ville donc y’a pas de bruit. Les tables sont séparées, on entend pas trop les voisins, y’a même des salles séparées pour les jeux d’ambiance. Et enfin, ah ah, c’est une convention de jeux de rôles, c’est déjà pas mal ! Pour les points faibles, j’avais vu à l’Envol du Dragon des conférences autour du jeu de rôles, là c’est dommage qu’on n’en ait pas ici. Le dimanche est peut être pas super, parce que le matin déjà on n’a pas de partie, mais bon ça, pourquoi pas, à la place y’a un tournoi de zombicide. Moi je suis pas très fan de zombicide, c’est dommage parce qu’on pourrait en profiter pour faire plusieurs jeux de société en tournoi. Même mettre plus en avant les jeux de société entre les parties, ça pourrait être pas mal. Après y’a le tournoi d’impro, on m’en avait parlé l’année dernière, les MJs avaient comme condition de tuer un joueur. J’ai pas aimé ça, parce que tuer un perso en jdr, ça arrive, mais forcer le MJ à tuer, je trouve ça moyen. Ça ne m’a pas donné envie d’essayer cette année. Avoir des critères oui, mais pas abusifs comme celui-là.

E.C. : Si tu as un message à adresser aux organisateurs de Terres d’Ouest, ça serait lequel ?

Benjamin : C’est super cool, je reviens l’année prochaine !

E.C. : Là on est presque à la fin, quel est ton bilan ?

Benjamin : C’est un bonne convention, c’est tranquille. J’ai bien aimé, j’ai participé à trois jeux de rôles, à chaque fois différents, à chaque fois de bons MJs. Qu’est-ce qu’on attend d’une convention de jeux de rôles ? De s’amuser, de passer du bon temps et de faire de belles rencontres, et bah voilà !

E.C. : Merci beaucoup !

Benjamin : De rien !