RPGaDay 2018 : Bilan d’étape !

JDR par jour

Aujourd’hui, c’est les vacances ET c’est férié, du coup je vous propose de suivre l’aventure RPGaDay2018 (suivez moi sur twitter pour l’avoir en direct 😉 ). En gros je vais développer ce que j’évoque en 250 caractères 😉 Voici donc les 15 premiers jours.

RPGaDay : kessessé ?

En gros, il s’agit d’une série de questions posées aux joueur-ses de JDR à travers tout le mois d’août, et vous l’aurez compris, avec une question par jour.

Le format est à la discrétion de chacun 🙂

JDR par jour
Voilà les différentes questions ! C’est en anglais mais je crois en votre talent 😉

Jour 1 : “Ce que vous aimez dans le JDR”

Pour le coup, je n’ai pas tant à détailler que ça. Je trouve que le JDR est l’un des plus forts pourvoyeurs d’histoires disponible actuellement.

Je rajoutera à ça l’aspect social, le fait de rencontrer plein de gens et de faire copains des bois tous ensemble.

J’aime aussi le fait que le JDR soit traversé de débats et d’évolutions en tout genre, ce que je trouve passionnant 🙂

Jour 2 : Ce que vous cherchez dans un JDR :

Là aussi, je n’ai pas grand chose à apporter 🙂 Vraiment c’est l’idée, si vous êtes éditeur de JDR, que vous arrivez à me faire de belles promesses (et les tenir) vous me convaincrez !

Quand je dis originalité et promesse, ce n’est pas forcément au niveau du système de jeu. Je suis bien plus sensible à l’univers et à … comment dire, la vision globale du jeu. C’est capital pour moi d’avoir une synergie entre les intentions du jeu, le système et le BG.

Dans le genre, je trouve que, par exemple, les JDR de la gamme Warhammer 40 000 (valable aussi pour la version medfan mais je n’y ai pas assez joué) représentent très bien ça. On a un système complet sans être complexe ni trop touffu, qui reflète bien l’univers et son injustice. En plus, dans certains jeux, comme Black Crusade, ils n’hésitent pas à retoucher à leur système pour qu’il s’intègre dans les intentions et les spécificités de ce jeu (pour ceux qui veulent savoir, remplacer les points de destin par le système d’Infamie).

Jour 3 : Qu’est ce qui fait d’un jeu, un jeu “durable” ?

Là, on touche une question plus subtile où il faut détailler un peu.

N’importe quel jeu peut être durable et faire rester un groupe dans le délire assez longtemps. Du moment qu’il est, dans sa structure, apte à renouveler son expérience de jeu et dépasser le cadre de ses livres.

J’entends par là qu’on puisse nous, en tant que joueurs et MJ étendre le champ de possibles à notre guise sans trahir le matériau de base.

C’est rare pour moi de trouver un jeu qui est clos. Celui qui une fois deux trois parties on a terminé l’expérience de jeu… Pardon mais je ne sais pas si ça vaut le coup !

Bref la question est un peu hors de propos je pense ^^ c’est plus les joueurs qui font le jeu que le jeu lui-même (vous pouvez me citer).

Day 4 : Le PNJ le plus mémorable ?

Bon, là on va donner un peu de contexte parce que c’est une histoire marrante à raconter.

En gros on jouait à un JDR perso du camarade Ezekiel, basé sur le système Warhammer (lourdement) modifié. L’idée était qu’en gros une dizaine de groupes de joueurs et 3-4 MJ jouaient en même temps dans un univers persistant. Assez gros délire donc mais plutôt bien sympa qui a marché assez longtemps avant de tomber en pause indéterminée.

Toujours est-il que chaque groupe était connu sous un “nom” donné par les autres (ce qui permettait entre autres de voir si nos réelles activités étaient découvertes). Ainsi nous étions Les Marchands (or ça ne représentait qu’une toute petite part de nos activités).

Nous gérions un petit empire commercial, dont j’étais la tête pensante (important car on en reparle un autre jour 😉 ) et lorsque vint le moment de nommer mon premier PNJ responsable du développement d’un secteur, aucun autre nom que Stephane Le Fol (à ne pas confondre avec le ministre, qui s’écrit avec deux L) m’est venu à l’esprit. Ce qui a lancé une tradition de PNJs s’appelant Stephane Le X où X était une caractéristique physique ou mentale.

Ce délire nous a tenu assez longtemps et fait partie des PNJ qui m’ont le plus marqué 😉

Jour 5 : Le PNJ Récurrent préféré :

Ici ma mémoire me fait un peu plus défaut mais je vais essayer de rassembler mes souvenirs pour vous raconter rapidement.

Cyberpunk donc, avec le camarade Pierre pour une partie de Cyberpunk. Il faut savoir qu’en tant que MJ il a toujours eu un bon sens des PNJ hauts en couleurs.

Et donc, alors que nous étions traqués par tous (corpos, mafieux, la totale !), revenait souvent en antagoniste un Corpo super bien sapé, à l’air redoutable mais pieds nus !

Ce simple détail a su inspirer une sorte de crainte respectueuse pour nous, joueurs.

Retenez donc bien ça, pour faire des PNJ marquants, de simples détails aussi simples suffisent à marquer les Pj 🙂

Jour 6 : Comment les joueurs peuvent rendre l’univers plus réel ?

Pour le coup je trouve que j’ai tout dit ^^ en tant que rôliste, pensez à tous ces petits détails qui font vivre votre vie quotidienne, et essayez de les transposer en jeu.

Votre perso préfère-t-il les bières blondes ou brunes ? Votre investigateur porte-t-il une veste droite ou croisée ? etc. etc. faites vivre vos persos en dehors (et en plus) de ce qu’on vous propose 🙂

Jour 7 : Comment le MJ peut rendre les enjeux importants ?

Pour moi, venant aussi de l’improvisation théâtrale, il n’y a pas de petit enjeu. Il y a des enjeux importants et des enjeux transitoires (qui ne sont là que pour amener vers l’enjeu principal).

Pour rendre un enjeu important, pas de mystères : l’implication. Vos persos doivent être impliqués dans les enjeux, de préférence fortement et directement.
D’où l’idée de zapper la partie “donnage de quête” pour commencer directement dans le feu de l’action.

Jour 8 : Comment rendre le JDR plus attractif ?

Sujet d’un article prochain 😉 #Teaser

Jour 9 : Comment un JDR vous a surpris ?

Voilà, tout y est ^^ Avec les articles complémentaires ici :

Jour 10 : Comment le JDR vous a changé ?

Tout y est encore une fois ^^ Sans JDR vous ne seriez pas en train de me lire.

Dans l’idée, j’ai commencé le JDR assez jeune et du coup ça m’a accompagné dans mon développement d’adulte, du coup j’aurai bien du mal à dire en quoi ça m’a changé vu que je me suis construit avec 😉

Jour 11 : Le nom de perso le plus chelou ?

Sire Constance … Sérieusement ? Mon cher Mehyo qui se reconnaitra, sache que je ne m’en suis toujours pas remis x)

Sinon je vous avoue que je retiens assez peu les noms, du coup j’ai du mal à me souvenir d’autres, désolé !

Jour 12 : Le concept de perso le plus chelou ?

Vraiment drôle d’expérience … Vraiment intéressante car mon personnage était à la fois très puissant, à la fois quasiment incapable de communiquer (dans la première partie du jeu). Le BG était vraiment intéressant, tout comme le GN en lui même.

Je conseille de tenter des persos de ce genre (du coté PJ et orga) mais avec parcimonie et pas avec tout le monde, car on touche là à des thématique sensibles pouvant être difficiles.

Jour 13 : Comment votre style de jeu a évolué ?

Pour développer un peu, je ne dis pas là que je suis complétement By The Book et que si je ne connais pas le scénario par cœur je ne lance pas de parties.

Je dis que je prépare mes parties, j’essaye de savoir où je veux emmener le groupe. Pas en termes d’intrigue mais plutôt d’expérience de jeu. Joue-t-on en convention ? En club ? En privé ? Y’a-t-il des nouveaux ? etc. Du coup je met en place les meilleures conditions pour que la session se passe au mieux. C’est dans ce cadre que le jeu peu vraiment se déployer.

Ensuite j’ai passé, récemment encore, une période où j’intellectualisais beaucoup le jeu. Je réfléchissais à tout, pensais chaque détail, etc etc. Comme on dit parfois dans le monde anglophone, j’étais en plein “overthink”, “surpensée” si je peux tenter ce néologisme. Ce qui amène à une expérience de jeu, finalement pas extra.

Mais depuis peu, j’ai retrouvé le plaisir de lâcher prise et de me laisser embarquer dans le jeu qu’on me propose pour être dans l’instant et passer du bon temps 🙂

Jour 14 : Décrivez un échec devenu génial

Vous vous rappelez plus haut quand je disais que mon perso était commerçant ? Et bien nous y revoilà 🙂

Imaginez donc, un commerçant, en tenue bourgeoise vaguement cloutée, moyen chaud à l’idée de faire un raid sur une tombe oubliée.

Arrivés devant le mausolée, le fait de l’ouvrir déclenche le réveil de toutes les momies secondaires du coin qui convergent vers le groupe dans l’entrée du bâtiment. Mais, prudent, je me cache derrière la ligne des copains bien plus armés que moi, dos au mausolée donc.

Or, à ce moment, grattements sinistre derrière moi. Je me retourne et je vois face à moi les planches disjointes du fond du bâtiment qui laissent transparaitre la silhouette du roi momie, en train de défoncer la porte et se frayer un chemin vers nous.

Panique ! Le groupe prend peur, par la force des choses je me dis que je vais tenter le coup avec mon arbalète moisie et ma compétence Tir … faiblarde (pour l’anecdote, c’était la première fois que j’utilisais des compétences de combat depuis près d’un an de jeu !). La survie du groupe était donc extrêmement compromise …

Contre toute attente, je fis mouche, critique, dans Warhammer, les critiques sont explosifs… Et celui-ci explosa ! Et la momie trépassa…

Ce qui aurait dû donc être un très dur moment pour le groupe s’est donc avéré être un succès retentissant, la mort du Roi Momie ayant désactivé ses sbires qui menaient la vie dure aux camarades devant.

Pour la petite histoire, j’ai ensuite joué le fait que mon perso s’était persuadé d’être un redoutable guerrier, alors que ce n’était pas le cas, ce qui a amené pas mal de jeu 😉 un peu comme ce que j’évoque au jour 6 ^^

Voilà ! A très vite pour la suite du RPGaDay2018 ! N’hésitez pas à partager et commenter cet article avec vos histoires 🙂

Guillaume COEYMANS

Une réflexion sur « RPGaDay 2018 : Bilan d’étape ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.